Yves Veyrier : « Un débat sur les 35 heures serait contre-productif »

Yves Veyrier : « Un débat sur les 35 heures serait contre-productif »

Yves Veyrier était l’invité politique de l’émission « Bonjour Chez Vous ! », la matinale de Public Sénat, ce mardi 16 juin. Le secrétaire général de Force Ouvrière est revenu sur le Ségur de la santé auquel l’organisation syndicale souhaite bien participer pour faire entendre ses revendications. Concernant l’idée de « travailler davantage » présente dans l’allocution d’Emmanuel Macron, Yves Veyrier a indiqué que la relance économique ne devait pas se faire sur le dos des salariés qui ne sont pas responsables de la crise. Il était au micro d’Oriane Mancini.
Public Sénat

Par Oriane Mancini

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Ségur de la santé : « Pour le moment ce qu'on souhaite c'est faire connaître nos revendications que ce soit sur les aspects catégoriels, de salaires, de conditions de travail mais aussi la façon de gérer l'hôpital et la santé en général » « Ce que nos syndicats revendiquent c'est une augmentation de l'ordre de 300 € mensuels »

Nicole Notat au Ségur de la santé : « Il n'est jamais très heureux d'aller chercher une ancienne représentante syndicale pour négocier en lieu et place de l'interlocuteur qu'est l'État en l’occurrence, ça génère des tensions et des interrogations »

Travailler davantage : « Si c'est pour nous dire que ceux qui ont du boulot on va leur demander de se retrousser les manches, si c'est aller au-delà des 35h, au-delà même des 48h, si c'est rogner sur les jours de congés, les jours de repos, ça n'ira pas » « Ce serait contre-productif parce qu'on a besoin de faire en sorte que plus de monde ait un véritable emploi et aujourd'hui, on le sait, on a un chiffre des demandeurs d'emploi qui a explosé » « L'enjeu c'est quel sera le niveau d'indemnisation des salariés ? C'est tout le risque que la contrepartie soit de demander aux salariés de se serrer la ceinture. Ce serait injuste »

État d’urgence sanitaire : « Je me suis adressé directement au Premier ministre lui demandant de mettre fin à l'état d'urgence sanitaire car c'est la possibilité pour le gouvernement de gouverner en s'affranchissant des consultations obligatoires avec les organisations syndicales »

Réforme des retraites : « L'urgence n'est pas à remettre sur la table une réforme d'ampleur des retraites »

Dans la même thématique

Yves Veyrier : « Un débat sur les 35 heures serait contre-productif »
3min

Politique

Crise agricole : « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus », affirme Gabriel Attal

Interrogé par François Patriat, président du groupe RDPI (majorité présidentielle) au Sénat sur la crise agricole, le Premier Ministre a reconnu une situation difficile pour les agriculteurs français, déplorant « un malaise, une détresse, une exaspération qui vient de loin », tout en se réjouissant de la réponse apportée par le gouvernement à travers les 62 engagements promis lors de sa conférence de presse début février.

Le

Yves Veyrier : « Un débat sur les 35 heures serait contre-productif »
2min

Politique

Prix planchers dans l’agriculture : « Si on ne supprime pas la surtransposition des normes, le prix garanti sera un échec », estime Marine Le Pen

Ce 28 février, Marine Le Pen était en visite au Salon de l’agriculture. L’occasion pour la présidente du groupe RN à l’Assemblée de réagir aux dernières annonces d’Emmanuel Macron pour faire face à la crise agricole. Sans certaines conditions, elle estime que l’instauration de prix planchers pourrait conduire à « la ruine de l’agriculture ».

Le