« La ZFE telle qu’elle est faite, c’est de l’écologie qui n’est pas faite par des écologistes ! » s’indigne La Sénatrice EELV de Paris, Antoinette Guhl

« La ZFE telle qu’elle est faite, c’est de l’écologie qui n’est pas faite par des écologistes ! » s’indigne La Sénatrice EELV de Paris, Antoinette Guhl

C’est un témoignage parmi beaucoup d’autres. Avec, la mise en place à Lyon d’une « zone à faible émission » Christophe Rintz a été contraint d’acheter un nouveau véhicule moins polluant pour continuer à circuler dans la ville. Interrogée dans l’émission Dialogue citoyen sur cette nouvelle obligation faite aux propriétaires de véhicules anciens, la sénatrice de Paris Antoinette Guhl pointe une mesure mal pensée.
Axel Dubois

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Il ne lui restait que quelques mois avant de ne plus pouvoir rouler librement dans Lyon. Propriétaire d’une voiture Crit’air 4 depuis plusieurs années, Christophe Rintz, habitant en plein cœur de la métropole de Lyon voyait arriver la fin de l’année et l’obligation de rouler avec un véhicule Crit’Air 3 au minimum avec appréhension : « J’avais dans pas très longtemps le risque que mon véhicule soit interdit de sortir du garage. ». Incompatible avec ses moyens financiers, et incompatible avec ses habitudes d’automobiliste, l’achat d’une voiture électrique était inenvisageable. Aujourd’hui, s’il ne doute pas de l’intérêt des ZFE du point de vue de la santé publique, il blâme l’injustice de ce dispositif. Une injustice qui tient davantage au manque d’accompagnement qu’au dispositif en lui-même pour Antoinette Guhl.

Bonne volonté…

« La ZFE n’est pas bien faite » déclare la Sénatrice EELV de Paris, récemment élue. Si elle critique le dispositif tel qu’il existe, l’élue de Paris n’entend pas supprimer ces zones. D’abord « pour les questions de pollution de l’air, qui sont des questions primordiales de santé publique, il nous faut avoir des actions qui visent à réduire les émissions. » considère-t-elle, « c’est un sujet capital ». L’existence de ces zones est tout aussi nécessaire d’un point de vue écologique ; s’en débarrasser, ce serait donc aller dans le mauvais sens pour la Sénatrice. Pour Antoinette Guhl ce ne sont pas les métropoles qui sont responsables de la nature inégalitaire de ces ZFE : « On va décrier une mesure de santé publique parce que l’accompagnement social n’a pas été mis en place par l’Etat ! ».

…mauvaise exécution

Pour Antoinette Guhl, c’est le cadre d’accompagnement des automobilistes qui doit donc être repensé. D’abord, les ZFE, « ont été imposés, effectivement brutalement, avec des délais » qu’on pourra peut-être juger trop courts. Mais aujourd’hui, « la question c’est qu’il faut accompagner, et accompagner les plus pauvres. » Comment ? En passant notamment par « des aides », ou « des prêts à taux zéro, garantis par l’Etat ». « Ce n’est pas le cas aujourd’hui », regrette-t-elle. Un état de fait sûrement responsable de l’impopularité de ces dispositifs.

 

Retrouver l’intégralité de l’émission Dialogue citoyen ici.

Dans la même thématique

Medecin Generaliste nouvelle grille tarifaire
7min

Santé

L’UFC-Que Choisir dénonce des « chiffres alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins spécialistes

En pleine renégociation de la convention tarifaire entre les médecins libéraux et l’Assurance maladie, l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a publié ce jeudi 22 février ses derniers chiffres « alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par une majorité de médecins de 8 différentes spécialités libérales. Un travail « salué » par la sénatrice communiste de Seine-Maritime, Céline Brulin, qui avait déposé un amendement dans le dernier projet de loi de finances de la Sécurité Sociale afin de limiter les dépassements d’honoraires à 30% du tarif de base.

Le

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins
3min

Santé

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins

Le sénateur LR Alain Milon a déposé un amendement au projet de loi constitutionnelle sur la liberté de recourir à l'interruption volontaire de grossesse. Co-signé par le président de groupe Bruno Retailleau, il prévoit une garantie du respect de la clause de conscience que peuvent faire valoir les professionnels de santé, absente selon eux dans la Constitution.

Le

FRANCE – DRUGS – SHORTAGE
11min

Santé

Pénurie de médicaments : « Le plan du gouvernement n’est pas très précis, c’est beaucoup d’intention » selon la sénatrice Sonia de la Provôté

Depuis deux hivers, c’est la même galère : des pénuries de médicaments qui se multiplient. Pour y remédier, le gouvernement a présenté son plan, avec toujours des relocalisations, de l’information en temps réel des médecins, des tableaux d’équivalence. Si ces deux propositions étaient dans le rapport de la commission d’enquête du Sénat sur les pénuries, la question de fond « sera traitée quand on aura réindustrialisé la France », souligne la sénatrice centriste Sonia de la Provôté. « Globalement, on n’avance pas beaucoup. Il n’y a rien de nouveau », ajoute la sénatrice PS Laurence Harribey.

Le