Pénurie de médicaments : un laboratoire pharmaceutique plaide pour créer une catégorie de médicaments en situation “critique” 

Dans le cadre de la commission d’enquête sénatoriale sur la pénurie de médicaments, Thierry Hoffman et Marc Childs, dirigeants des laboratoires Delbert, étaient auditionnés sur leur modèle économique et sur leur exposition aux pénuries de médicaments.
Henri Clavier

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Pendant leur audition, Thierry Hoffmann, directeur général du laboratoire Delbert, et Marc Childs, président-directeur général du même laboratoire, ont détaillé le modèle économique de leur laboratoire, fondé en 2014. « On a voulu que le laboratoire Delbert soit différent des autres, notre approche se concentre sur l’utilité et cible les médocs qui disparaissent du marché. Notre mission c’était de trouver des produits en déshérence pour lesquels big pharma ne voulait pas continuer la production », explique Marc Childs.

L’initiative a naturellement suscité l’attention des sénateurs, d’autant plus que les produits repris par le laboratoire Delbert sont des produits dont la rentabilité n’était pas en cause. Naturellement, l’idée de redévelopper des médicaments que l’industrie pharmaceutique ne commercialise plus apparaît comme une possibilité de réponse aux pénuries de médicaments. Par ailleurs, en évitant que certains produits ne soient plus commercialisés uniquement parce qu’il existe une nouvelle alternative, souvent plus coûteuse ; les fondateurs du laboratoire Delbert se conçoivent comme des « sauveteurs, dans le sens où on essaye de ressusciter, mais on préfère réanimer. Le plus important pour nous c’est l’anticipation. Aujourd’hui on couvre 15 produits, près de la moitié en infectiologie car ils ont été totalement délaissés ».

Les médicaments d’intérêt thérapeutique majeur

Une des raisons principales de ce phénomène de rupture de certains médicaments, alors même qu’ils sont encore rentables et utiles, proviendrait de la classification de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Cet organisme public doit dresser une liste de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur (MITM) qui permet d’identifier des médicaments indispensables et dont l’interruption de traitement pourrait entraîner le pronostic vital du patient. Un stock de sécurité d’au moins deux mois doit être établi pour les médicaments inscrits sur la liste.

Une classification nécessaire mais insuffisamment détaillée. « Beaucoup pensaient que c’était l’ANSM qui fixait la liste des médicaments d’intérêts thérapeutiques majeurs, mais en fait c’est plutôt l’industrie pharmaceutique. Il y a, à peu près 7 000 médicaments définis par les laboratoires eux-mêmes comme d’intérêt thérapeutique majeur, mais il faut distinguer ceux qui sont importants et les médicaments critiques », explique Thierry Hoffmann.

 « L’administration n’arrive pas à comprendre » la différence entre important et critique

La classification, trop globale, ne permettrait pas de faire la distinction entre « ceux qui sont importants pour les généralistes et les spécialistes et ceux qui sont absolument irremplaçables, c’est ça que l’administration n’arrive pas à comprendre », détaille Thierry Hoffmann. Les dirigeants du laboratoire Delbert plaident pour le développement d’une catégorie de médicaments dits « critiques » afin, d’une part, de mieux identifier les produits à stocker et, d’autre part, d’intégrer la dimension « critique » dans la fixation du prix par le Comité économique des produits de santé (CEPS). Thierry Hoffmann regrette qu’on « arrive à une certaine absurdité où le CEPS ne voit pas le coût total représenté par l’absence d’un médicament ».

 « Nous sommes excessivement dépendants de la Chine et de l’Inde pour les produits volumétriques »

Une des principales réponses aux pénuries de médicaments, largement évoquée depuis le début de la commission d’enquête, concerne la souveraineté en termes de médicaments. Marc Childs rappelle d’ailleurs que « nous sommes excessivement dépendants de la Chine et de l’Inde pour les produits volumétriques », mais considère que la souveraineté se développe sur le temps long. « Oui la souveraineté, plutôt européenne, a été notre objectif. 90 % de nos matières premières sont sourcées en Europe, et 100 % produits fabriqués en Europe. Nos produits sont commercialisés en France et 65 % du chiffre d’affaires y est réalisé », affirme Marc Childs.

Encore faut-il créer les conditions de la souveraineté selon Thierry Hoffmann qui considère que « le crédit impôt recherche a été crucial pour le développement du laboratoire Delbert. Par exemple, nous avons relancé la pénicilline g mais il fallait trouver un site de fermentation en Europe ce qui était délicat, le crédit impôt recherche nous aide ». Ce dernier pointe aussi un prix qui ne cesse d’augmenter pour les produits à redévelopper comme le fait le laboratoire Delbert.

 

Dans la même thématique

Medecin Generaliste nouvelle grille tarifaire
7min

Santé

L’UFC-Que Choisir dénonce des « chiffres alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins spécialistes

En pleine renégociation de la convention tarifaire entre les médecins libéraux et l’Assurance maladie, l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a publié ce jeudi 22 février ses derniers chiffres « alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par une majorité de médecins de 8 différentes spécialités libérales. Un travail « salué » par la sénatrice communiste de Seine-Maritime, Céline Brulin, qui avait déposé un amendement dans le dernier projet de loi de finances de la Sécurité Sociale afin de limiter les dépassements d’honoraires à 30% du tarif de base.

Le

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins
3min

Santé

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins

Le sénateur LR Alain Milon a déposé un amendement au projet de loi constitutionnelle sur la liberté de recourir à l'interruption volontaire de grossesse. Co-signé par le président de groupe Bruno Retailleau, il prévoit une garantie du respect de la clause de conscience que peuvent faire valoir les professionnels de santé, absente selon eux dans la Constitution.

Le

FRANCE – DRUGS – SHORTAGE
11min

Santé

Pénurie de médicaments : « Le plan du gouvernement n’est pas très précis, c’est beaucoup d’intention » selon la sénatrice Sonia de la Provôté

Depuis deux hivers, c’est la même galère : des pénuries de médicaments qui se multiplient. Pour y remédier, le gouvernement a présenté son plan, avec toujours des relocalisations, de l’information en temps réel des médecins, des tableaux d’équivalence. Si ces deux propositions étaient dans le rapport de la commission d’enquête du Sénat sur les pénuries, la question de fond « sera traitée quand on aura réindustrialisé la France », souligne la sénatrice centriste Sonia de la Provôté. « Globalement, on n’avance pas beaucoup. Il n’y a rien de nouveau », ajoute la sénatrice PS Laurence Harribey.

Le

La sélection de la rédaction

Pénurie de médicaments : un laboratoire pharmaceutique plaide pour créer une catégorie de médicaments en situation “critique” 
6min

Politique

Face aux pénuries de médicaments, Sanofi veut « gérer un stock contraint le mieux possible »

Auditionnés par la commission d’enquête sur la pénurie de médicaments, les représentants de Sanofi France ont détaillé leurs méthodes de gestion des « tensions » sur certaines molécules. Une « gestion de stocks contraints », qui a pu alarmer les sénateurs, d’autant plus que le géant français a soigneusement évité la question des prix de certains médicaments, trop bas pour certains industriels, concédant simplement être « inquiets » de la situation.

Le