Psychiatrie : « Combien de drames faudra-t-il égrener ? », interpelle la sénatrice Nathalie Delattre

La sénatrice de Gironde s’est émue de l’agression subie par une petite fille et sa grand-mère en plein cœur de Bordeaux lundi. Lors de la séance de questions d’actualité au gouvernement, Nathalie Delattre a ainsi apostrophé le ministre de la Santé et de la Prévention afin d’ériger la psychiatrie au titre de « grande cause nationale ».
Thomas Fraisse

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Insupportable est le premier mot qui vient à l’esprit pour qualifier l’ignoble attaque subie avant-hier par une famille bordelaise ». Nathalie Delattre, sénatrice de Gironde issue du Parti radical ne peut qu’être affectée par ce drame dans sa circonscription. Lundi, en fin d’après-midi, au cœur de Bordeaux, une petite fille âgée de seulement 7 ans et sa grand-mère septuagénaire ont été agressées par un homme alors qu’elles tentaient de rentrer dans leur domicile. L’agresseur, placé dans un premier temps en garde à vue, a été transféré dans un hôpital psychiatrique.

C’est bien cette situation d’un individu atteint de troubles psychiatriques non détectés, qui interpelle la sénatrice. « Je pourrais vous questionner Monsieur le ministre de l’Intérieur une fois encore sur l’absolue nécessité d’affecter une unité de CRS à demeure à Bordeaux. Je pourrais Monsieur le garde des Sceaux vous réinterroger sur la suspension récente des incarcérations des hommes au centre pénitentiaire de Draguignan en raison de la surpopulation carcérale laissant ainsi des individus dangereux sur la voie publique », liste la sénatrice. « C’est vers vous Monsieur le ministre de la Santé que je me tourne. J’avais initié ici une mission avec mes collègues Philippe Bas et Jean Sol sur l’expertise psychiatrique en matière pénale tant notre société et son pacte républicain police Justice sont de plus en plus menacés par la sous-estimation des problèmes psychiatriques ».

La sénatrice exige une véritable politique sur la santé mentale. « Il faut de nouveaux hôpitaux psychiatriques, il faut une politique sur la psychiatrie ambitieuse et financée. Je vous demandais il y a quelques semaines ici qu’elle devienne ‘grande cause nationale’. Combien de drames faudra-t-il égrener pour vous en convaincre ? ».

« Soyez en tout cas assurée de ma motivation à agir sans faille »

Le gouvernement n’est pas resté inactif. C’est en tout cas ce qu’a souhaité démontrer le ministre de la Santé et de la Prévention François Braun devant le Sénat, en réponse à Nathalie Delattre. Face à ces drames liés à des troubles psychiatriques, François Braun a expliqué travailler de « concert, sous l’autorité de la Première ministre » avec le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti. « Nous faisons aussi face à un problème de société, de rapport à l’autre, de civilité, de rapport à la violence », a-t-il admis.

En ce qui concerne aux aides du secteur de la psychiatrie, le gouvernement depuis 2018 cherche la solution. Les Assises de la santé mentale présidées par Emmanuel Macron en 2021, l’accompagnement de 100 000 adolescents atteints de troubles par les centres médico-sociaux mis en place l’an dernier au sein des Maisons des adolescents… François Braun a passé en revue toutes les mesures prises par l’exécutif depuis cette date afin de mieux sensibiliser et mieux détecter les problèmes psychiatriques. Il conclut : « Tout ça n’est pas suffisant au regard des enjeux que tous les pays développés rencontrent en matière de santé mentale. Soyez en tout cas assurée de ma motivation à agir sans faille pour trouver des solutions à ces difficultés sur la santé mentale ».

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Medecin Generaliste nouvelle grille tarifaire
7min

Santé

L’UFC-Que Choisir dénonce des « chiffres alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins spécialistes

En pleine renégociation de la convention tarifaire entre les médecins libéraux et l’Assurance maladie, l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a publié ce jeudi 22 février ses derniers chiffres « alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par une majorité de médecins de 8 différentes spécialités libérales. Un travail « salué » par la sénatrice communiste de Seine-Maritime, Céline Brulin, qui avait déposé un amendement dans le dernier projet de loi de finances de la Sécurité Sociale afin de limiter les dépassements d’honoraires à 30% du tarif de base.

Le

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins
3min

Santé

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins

Le sénateur LR Alain Milon a déposé un amendement au projet de loi constitutionnelle sur la liberté de recourir à l'interruption volontaire de grossesse. Co-signé par le président de groupe Bruno Retailleau, il prévoit une garantie du respect de la clause de conscience que peuvent faire valoir les professionnels de santé, absente selon eux dans la Constitution.

Le

FRANCE – DRUGS – SHORTAGE
11min

Santé

Pénurie de médicaments : « Le plan du gouvernement n’est pas très précis, c’est beaucoup d’intention » selon la sénatrice Sonia de la Provôté

Depuis deux hivers, c’est la même galère : des pénuries de médicaments qui se multiplient. Pour y remédier, le gouvernement a présenté son plan, avec toujours des relocalisations, de l’information en temps réel des médecins, des tableaux d’équivalence. Si ces deux propositions étaient dans le rapport de la commission d’enquête du Sénat sur les pénuries, la question de fond « sera traitée quand on aura réindustrialisé la France », souligne la sénatrice centriste Sonia de la Provôté. « Globalement, on n’avance pas beaucoup. Il n’y a rien de nouveau », ajoute la sénatrice PS Laurence Harribey.

Le