Violences envers les soignants : Agnès Firmin-Le Bodo prône la « tolérance zéro »

Deux jours après le décès tragique d’une infirmière à Reims, la ministre chargée des professions de santé détaille les principaux axes qui seront dévoilés le 1er juin, en matière de sécurité des soignants.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

 

La ministre des professions de santé promet des réponses à la communauté des soignants, qu’ils exercent en établissement de santé, dans un cabinet libéral ou à domicile. Deux jours après le décès d’une infirmière à Reims, Agnès Firmin-Le Bodo assure à nouveau de son « soutien » à l’ensemble des professionnels médicaux et paramédicaux. Alors qu’une minute de silence a été observée ce 24 mai dans les hôpitaux du pays, la ministre a présenté les principaux axes autour desquels s’articulera le « plan d’action sur la sécurité des soignants » qu’elle dévoilera en juin. « Nous ferons des propositions très pragmatiques », s’est-elle engagée sur Public Sénat.

Ce dernier s’appuiera sur les travaux de la mission conduite par Jean-Christophe Masseron, le président de SOS Médecins, et Nathalie Nion, cadre de santé à l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (APHP). Ils ont réceptionné près de 450 propositions au cours de leurs travaux entamés le 30 janvier.

La ministre souhaite une « sensibilisation » de la population, en expliquant que la « tolérance zéro » commence par « les agressions verbales ». Elle évoque également une formation des professionnels « à la gestion de l’agressivité » ainsi qu’une réflexion sur la sécurité des bâtiments. « On entre parfois trop facilement dans un hôpital », constate-t-elle. Le suspect, souffrant de troubles psychiatriques, placé en détention après l’agression mortelle au couteau, a indiqué en « vouloir aux blouses blanches ».

Vers une aggravation des sanctions pénales, comme pour les violences commises à l’encontre des élus

Elle ambitionne par ailleurs de développer l’accompagnement des victimes de violences « dans leurs démarches mais aussi dans le suivi psychologique ». En matière de réponse pénale, l’ancienne députée membre du parti d’Édouard Philippe veut s’inspirer des propositions en cours pour aggraver les condamnations dans le cadre des agressions d’élus. « La question d’une spécialisation pénale pour ces violences faites aux professionnels de santé sera sans doute mise sur la table », anticipe-t-elle.

Les soignants en déplacement à domicile ne sont pas oubliés. La ministre cite l’exemple de l’hôpital de Chambéry, où des bracelets ont été fournis pour les professionnels en déplacement, afin de pouvoir les géolocaliser en cas d’incident. « Nous devons protéger ceux qui nous soignent », a-t-elle résumé.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Violences envers les soignants : Agnès Firmin-Le Bodo prône la « tolérance zéro »
6min

Santé

Pénuries de médicaments : les cabinets de conseil démentent avoir conseillé des délocalisations

Des représentants des principaux cabinets de conseil du domaine de la santé étaient auditionnés par la commission d’enquête sur les pénuries de médicaments, ce mercredi au Sénat. Ils affirment ne jamais avoir conseillé à des grands groupes industriels de délocaliser leurs activités pour des raisons de coûts, et ont soulevé des questions sur les prix des médicaments les plus matures.

Le

Traitement de la depression par Ketamine
8min

Santé

Près de deux ans après les assises de la psychiatrie, le secteur de la santé mentale toujours en état d’urgence

Après la mort d’une infirmière rémoise, poignardée par un homme sous curatelle, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’état de la psychiatrie en France. Lancé en 2013, le programme « santé mental et psychiatrie » a pourtant bénéficié de mesures de soutien significatives après la crise du covid-19, mais le secteur continue de faire les frais de son manque d’attractivité.

Le

La sélection de la rédaction

Traitement de la depression par Ketamine
8min

Santé

Près de deux ans après les assises de la psychiatrie, le secteur de la santé mentale toujours en état d’urgence

Après la mort d’une infirmière rémoise, poignardée par un homme sous curatelle, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’état de la psychiatrie en France. Lancé en 2013, le programme « santé mental et psychiatrie » a pourtant bénéficié de mesures de soutien significatives après la crise du covid-19, mais le secteur continue de faire les frais de son manque d’attractivité.

Le