Paris: Election President du Senat

Accompagnement des enfants handicapés : le Sénat adopte une proposition de loi sur l’inclusivité à l’école

Suite à l’adoption de ce texte à l’unanimité, les enfants en situation de handicap seront obligatoirement pris en charge tout au long de la journée sur le temps scolaire, contrairement à ce qui était effectif jusqu’à présent, où la règle manquait de clarté concernant la pause méridienne.
Hugo Ruaud

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Fluidifier l’accueil des enfants handicapés dans les écoles publiques passe par leur prise en charge ininterrompue sur le temps scolaire, y compris lors de la pause méridienne. C’est le sens de la proposition de loi adoptée à l’unanimité au Sénat mardi. “La compétence de l’Etat dans l’accompagnement des élèves en situation de handicap, répond à un besoin de solidarité nationale vis-à-vis de ces familles au nom de l’intérêt de l’enfant handicapé et de la continuité de sa prise en charge”, plaidait la commission de l’Éducation du Sénat, avant le vote du texte.

 

La décision du conseil d’Etat en 2020 dans le viseur

 

La proposition de loi, déposée par le sénateur Les Républicains de Savoie Cédric Vial, était motivée par une décision du conseil d’Etat survenue en 2020. A l’époque, l’institution avait  soutenu que la compétence de l’État se limitait à la prise en charge des situations de handicap sur le temps scolaire, laissant ainsi dans le flou la question des pauses méridiennes. Selon la commission de l’Éducation du Sénat, cette décision “a conduit à une

remise en cause des pratiques dans l’accompagnement des élèves concernés sur le

temps de restauration scolaire. Elle a suscité de nombreuses incertitudes pour

ceux-ci, leurs familles ainsi que les collectivités territoriales”. Le texte adopté vient donc confirmer la continuité de la prise en charge sur l’ensemble du temps scolaire, pause méridienne incluse. Pour ce faire, l’article premier du texte “modifie la répartition des compétences entre l’État et les collectivités territoriales et inclut parmi celles relevant de l’État la rémunération des personnels affectés à l’accompagnement des élèves en situation de handicap sur le temps scolaire et sur le temps de pause méridienne”. Une façon de s’assurer que toutes les écoles de France soient concernées par la loi, et de mettre fin au cas par cas, en vigueur jusqu’à présent.

 

Une conséquence sur les AESH

 

Par conséquent, les accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH), les personnes dont le métier est de prendre en charge les enfants concernés afin de les inclure au mieux au sein de leur école, seront désormais rémunérés par l’Etat et non plus par les collectivités territoriales sur le temps méridien. Avant le vote, la commission de l’Education du Sénat avait jugé ce transfert de compétence “nécessaire”, “au nom de la solidarité nationale”. Plus généralement, la commission avait souligné “l’urgence d’une réforme systémique et concertée de l’école inclusive, aujourd’hui au bord de la rupture”. “L’inclusion des élèves en situation de handicap ne peut reposer uniquement sur l’accompagnement humain, mais doit remettre l’accessibilité physique, matérielle et pédagogique au cœur de ses priorités” concluait la commission dans son rapport.

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

Accompagnement des enfants handicapés : le Sénat adopte une proposition de loi sur l’inclusivité à l’école
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Accompagnement des enfants handicapés : le Sénat adopte une proposition de loi sur l’inclusivité à l’école
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le