Accompagner ses proches sans les mettre en danger : l’inquiétude des aidants

Accompagner ses proches sans les mettre en danger : l’inquiétude des aidants

Risque de contamination, obligation de confinement… comment vivre au temps du Coronavirus quand on est aidant d’un proche âgé ou malade ? Suivi des soins, achats de première nécessité :  avec deux parents diabétiques, Louisa Amara est confrontée à des difficultés et des inquiétudes. Elle nous a raconté son quotidien et celui de ses parents.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Header ma vie  en confinement

Louisa Amara a 39 ans, elle vit à Paris, et elle fait partie des 8 à 11 millions de Français qui viennent en aide à un proche. Chaque semaine, elle se rend chez ses parents, tous les deux diabétiques. Mais en ce moment, pas question de prendre de risque : « Ils ont la consigne de rester à la maison et moi je ne dois pas venir les voir car je peux être porteuse saine ». Depuis le discours d’Emmanuel Macron jeudi 12 mars, enjoignant les personnes de plus de 70 ans ou souffrant de maladies chroniques à ne plus sortir, c’est l’inquiétude. Mais pas facile de raisonner son père, pourtant âgé de 79 ans : « Mon père ne se considère pas comme vieux. Ma mère n’arrivait pas à lui faire entendre raison pour qu’il évite de sortir. […] Il est ancré dans ses habitudes. » L’annonce du confinement par le Président de la République lundi soir, finira par lui faire ouvrir les yeux : « ça commence à rentrer »…

Une période d’incertitudes

Mais comment affronter cette période d’éloignement ? Pour la nourriture et les médicaments : pas de problème. Les courses ont été faites ce week-end et ils ont des réserves explique-t-elle. « Et là les médicaments, ça peut leur permettre de tenir trois semaines. Ils savent faire leur pilulier donc ils sont autonomes. » Ce qui inquiète Louisa Amara, ce sont les rendez-vous médicaux et le suivi par les professionnels de santé en général. Diagnostiquée diabétique en 2018, sa mère a déjà dû être amputée d’une partie du pied gauche. Elle a aujourd’hui des rendez-vous médicaux réguliers, notamment pour ses yeux. Chez les personnes diabétiques, un suivi ophtalmique régulier est en effet indispensable car s’il est mal fait, elles peuvent perdre la vue, explique-t-elle : « Ce n’est pas de l’inquiétude c’est un fait ! […] Or j’ai eu un appel hier de l’hôpital, disant qu’ils suppriment toutes les consultations. » L’hôpital annule le rendez-vous avec l’ophtalmologiste prévu le 2 avril et lui demande de rappeler au début du mois de mai. Que faire alors ?

piluliers_papa_recadres.jpg
Les piluliers du père de Louisa Amara
Photo : Louisa Amara

Depuis la semaine dernière, elle se sent un peu perdue, sans consignes. Elle a lancé un appel sur twitter pour demander des conseils.

Des soignants lui répondent en ligne, lui donne des informations notamment pour la prise en charge en cas d’urgences. Mais elle n’est qu’à moitié rassurée.

Et elle s’interroge : pour l’instant, l’infirmière à domicile continue ses visites quotidiennes au domicile de ses parents, mais pour combien de temps ? Et le rendez-vous chez le généraliste du 27 mars sera-t-il maintenu ? Elle se pose beaucoup de questions. « Je n’arrive pas à voir plus loin que le 27 mars ».

Louisa Amara
Louisa Amara, aidante auprès de ses parents.

Louisa Amara n’imagine pas laisser ses parents seuls plus longtemps. « On s’appelle tous les jours mais ce n’est pas pareil ! ». Elle insiste : « Les aidants : on n’est pas là que pour la partie administrative et médicale, on parle de tout et de rien. »

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Accompagner ses proches sans les mettre en danger : l’inquiétude des aidants
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le