Affaire Maëlys : le général Lizurey « se dit navré de cette polémique »

Affaire Maëlys : le général Lizurey « se dit navré de cette polémique »

Alors qu’une enquête préliminaire est ouverte concernant des « fuites » dans l’affaire Maëlys, le directeur de la gendarmerie et le Procureur de Grenoble ont réagi sur Public Sénat.
Public Sénat

Par Yann Quercia

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Auditionné au Sénat, le directeur général de la gendarmerie nationale, le général Richard Lizurey a réagi à notre micro après son audition.

« Je suis navré de cette polémique »

Richard Lizurey s’est dit « navré de cette polémique. Navré vis-à-vis de la famille de Maëlys à laquelle je pense, et qui est dans une situation d’angoisse. »

Il a néanmoins souhaité revenir sur les accusations qui pèsent sur la gendarmerie : « Je ne peux pas laisser accuser comme ça mes enquêteurs qui donnent de leur temps et de leur énergie pour  faire triompher la vérité. »

Il  conclut en rappelant : « Il faut être adulte dans notre façon de voir les choses. Il faut investiguer et à l’issue des investigations prendre les mesures adaptées. Condamner a priori n’est pas une bonne manière de faire.»

 « Il ne faut pas oublier le précédent de l’affaire Grégory »

Affaire Maelys : "Il ne faut pas oublier le précédent de l'affaire Grégory" selon le procureur Coquillat
03:58

 

Le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, accuse la gendarmerie d’être à l’origine des nombreuses fuites dans la presse. Joint par téléphone, il confirme « qu’une enquête préliminaire était ouverte ». Il ajoute : « Depuis le début de cette affaire, il y a des violations sur des éléments importants. »

Il affirme avoir reçu des « mises en garde des juges » mais aussi « des plaintes de  la famille de Maëlys et  de la famille de l’accusé dans cette affaire. »

Concernant les propos du général Lizurey, il rappelle « qu’il n’avait pas à commenter ces déclarations » et a souligné « que tout le monde sait d’où viennent les fuites et les gendarmes le savent aussi. »

 Le procureur de Grenoble  dresse un parallèle avec l’affaire Grégory « Le faire savoir passe avant le savoir-faire. Il n’y a pas mieux pour entraîner un fiasco judiciaire. » Il conclut en rappelant « qu'il ne faut pas oublier le précédent de l’affaire Grégory. »

Dans la même thématique

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le

Paris : International women s rights day
4min

Société

#Metoo : 150 personnalités réclament une « loi intégrale contre les violences sexuelles »

Ce mardi, Le Monde publie la tribune de près de 150 personnalités, notamment des actrices, appellent à la mise en place d’un ambitieux plan de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Un appel lancé alors qu’Emmanuel Macron a ouvert la voie à une évolution de la définition juridique du viol, pour y intégrer la notion de consentement. La présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes réclame de son côté une meilleure formation de la police et de la justice.

Le