Anny Duperey : « Avec Jean Rochefort, nous sommes les doudous du cinéma français »

Anny Duperey : « Avec Jean Rochefort, nous sommes les doudous du cinéma français »

On la connaît aujourd’hui pour ses pièces, ses romans, ou son rôle à la télévision dans la série « une famille formidable », mais avant cela Anny Duperey a été une comédienne de cinéma qui a joué sous la direction de grands réalisateurs. Des films devenus cultes, et aux dires de la comédienne, source de réconfort lorsque les vents mauvais se lèvent, comme ce fut le cas lors du confinement pendant la pandémie de « covid-19 ». Cette semaine Rebecca Fitoussi, reçoit la comédienne Anny Duperey.
Marie Lebon

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

C’est à chaque fois la même chose ; lorsque les Français traversent une crise, on tente de leur remonter le moral en programmant des classiques du cinéma français. Ainsi, il y a deux ans, lors du confinement, les chaînes de télévision ont proposé chaque jour un grand classique du cinéma notamment la comédie « Un éléphant, ça trompe énormément » dans laquelle Anny Duperey joue. Un moyen selon l’actrice de « nous faire avaler la pilule » du confinement, de nous réconforter : « Avec Jean Rochefort (interprète du film d’Yves Robert), nous sommes les doudous du cinéma français, dès qu’il arrive quelque chose de très désagréable… Paf, on nous colle sur le petit écran ».

« Rêver c’est bien ! Vivre c’est mieux ! »

Et pourtant rien ne la prédestinait à devenir comédienne, elle qui a commencé des 16 ans des cours aux Beaux-Arts de Rouen : « Je ne dirais pas que je suis devenue comédienne par hasard mais plutôt sans l’avoir rêvé ». C’est très pratique, poursuit la comédienne, parce qu’on n’est pas jaloux, les choses vous viennent et si ça n’arrive plus ou si c’est moins bien, on n’est pas déçu ».

Une comédienne populaire qui analyse les clés de son succès avec naturel.

« En devenant comédienne, moi je ne souhaitais rien, c’est ça qui est bien. Ne pas trop se projeter dans l’avenir, c’est absolument épatant »

Et ne comptez pas sur elle pour avoir des remords sur sa carrière. D’« Une famille formidable » cette série qui a occupé le petit écran pendant plusieurs décennies, Anny Duperey considère qu’il s’agit d’« un cadeau de la vie et du métier ».

Un tel succès n’est pas encombrant dans une carrière et tenir une place aussi importante dans la vie des téléspectateurs a été pour elle source de beaucoup de bonheur. Un cadeau venu du ciel nous confie-t-elle « Je n’exclus pas une intervention miraculeuse, dans la manière dont cette série est entrée dans ma vie » détaille-t-elle avec émotion.

Une « intervention miraculeuse » lui a permis de décrocher son plus grand rôle à la télévision
 

« J’étais en train de finir d’écrire "Le voile noir", d’accoucher des dernières pages, et d’avoir fait remonter toute cette douleur (ndlr : d’avoir perdu si jeune ses parents) j’avais demandé à mon agent de me trouver une comédie pour me remonter le moral… » et c’est ainsi que cette famille dont elle a toujours rêvé lui est tombée dans les bras : « C’était une nécessité pour moi (et pour Joël Santoni, le réalisateur, également orphelin) de se créer une famille tribale ». Ce qui explique probablement aussi le succès et l’attachement du public à cette série populaire.

Pour revoir l'intégralité de l'entretien avec Anny Duperey c'est ici !

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Anny Duperey : « Avec Jean Rochefort, nous sommes les doudous du cinéma français »
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le