Application StopCovid : les GAFA en embuscade

Application StopCovid : les GAFA en embuscade

Dans un avis remis ce week-end, la CNIL a posé les bases légales de la mise en place de l’application mobile de « suivi de contact » destinée à freiner l’épidémie de Covid-19. Mais en privilégiant une solution nationale, le gouvernement se heurte à des difficultés techniques qui pourraient remettre en cause l’efficacité de l’application et donc son bien-fondé.
Public Sénat

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

Intégré dans le plan global de déconfinement, le projet d’application StopCovid ne fera pas l’objet d’un débat spécifique au Parlement. Si à gauche comme à droite, en passant par la majorité présidentielle, de nombreux élus s’inquiètent des incidences sur les libertés individuelles de la future application mobile de « suivi de contact », ils pourront au moins compter sur l’avis de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) remis vendredi. « Juridiquement, la CNIL ne s’oppose pas au principe de l’application mais elle émet des observations importantes. Elle met aussi en garde sur le risque d’accoutumance au solutionnisme technologique » résume le sénateur centriste, Loïc Hervé, membre de la CNIL, qui n’hésite pas à qualifier l’avis de la commission « d’historique ».

Application temporaire

Pour les 18 commissaires de la CNIL, une application de « contact tracing » est conforme au règlement général sur la protection des données (RGPD) « si certaines conditions sont respectées ». « Afin de minimiser l’atteinte portée à la vie privée des personnes (…) la collecte et le traitement de données opérés par l’application revêtent un caractère temporaire, d’une durée limitée à celle de l’utilité du dispositif (…) Elle implique également que toutes les données soient supprimées dès le moment où l’utilité de l’application ne sera plus avérée » recommande la CNIl.

Pseudonymat

StopCovid ne suivra pas les données géographiques des téléphones mais aura recours à la technologie Bluetooth pour mieux garantir l’anonymat. « Des mesures doivent être mises en œuvre ( …) pour éviter de pouvoir recréer un lien entre ces pseudonymes temporaires et des informations spécifiques au terminal liées à la technologie Bluetooth permettant d’identifier les utilisateurs » recommande le gendarme des données personnelles.

Consentement éclairé

La CNIL définit également la notion de « volontariat » qui fonde le principe de l’application. « Le volontariat signifie (…) qu’aucune conséquence négative n’est attachée à l’absence de téléchargement ou d’utilisation de l’application » précise-t-elle. « L’accès aux tests et aux soins », « la possibilité de se déplacer », ou encore le retour au travail, ne pourront, par exemple, en être conditionnés.

« Cette application ne peut être alpha et l’oméga de la sortie du confinement »

Mais surtout comme le rappelle la sénatrice socialiste, Sylvie Robert, membre de la CNIL, « cette application ne peut être alpha et l’oméga de la sortie du confinement. Son utilité ne s’avéra fondée que dans le cadre d’une stratégie sanitaire globale. La question des enquêteurs sanitaires sera donc primordiale. Y en aura-t-il assez pour remonter les chaînes de transmission ? » s’interroge Sylvie Robert avant de rappeler que l’avis de la CNIL ne portait que sur la base légale de l’application. En effet, la commission demande expressément à être saisie de nouveau par le gouvernement lorsque l’application StopCovid disposera « d’un fondement juridique explicite et précis » (par voie réglementaire NDLR) dans notre droit national.

« On nous demande de donner un blanc-seing au gouvernement »

En attendant, Édouard Philippe soumettra le projet aux députés mardi à 15H dans le cadre d’un vote sur le plan global de déconfinement, avant de réitérer l’exercice au Sénat en début de semaine prochaine. « On va nous demander de voter sur un discours du Premier ministre, comme nous l’avions fait lors du dernier discours de politique générale » soupire Loïc Hervé qui s’interroge sur l’intérêt du processus. « Ça me permettra au moins de présenter mon point de vue ». Le président socialiste de la commission d’enquête sénatoriale sur la souveraineté numérique, Franck Montaugé le rejoint. « Ce n’est pas sérieux de traiter ce sujet comme ça. On nous demande de donner un blanc-seing au gouvernement »

« On ne peut pas laisser les clés du camion à Apple »

Auditionné par la commission des affaires économiques du Sénat le 16 avril dernier, Cédric O avait été interrogé sur les enjeux de souveraineté numérique d’une telle application. Les jours précédents, Les deux géants du web californiens, Google et Apple, avaient annoncé qu’ils allaient travailler ensemble pour faciliter la mise en œuvre des applications gouvernementales via leurs systèmes d’exploitation Android et iOs. Le secrétaire d’État en charge du Numérique avait alors plaidé pour une « valorisation des outils français ». Dans le JDD, ce week-end, Cédric O a révélé les noms des entreprises contributrices de ce chantier : Capgemini, Dassault Systèmes, Orange, et deux start-up françaises : Lunabee Studio, spécialisé dans le développement d’applications mobiles, et Withings, expert des objets connectés.

Mais un problème de taille pourrait survenir. Sans accord avec Apple, l’application « StopCovid » ne pourra pas fonctionner sur les téléphones de la marque, les iPhone. « C’est toute la question de la neutralité des terminaux. Le fait de ne pas limiter la liberté de choix des utilisateurs en fonction de leurs téléphones » explique Franck Montaugé auteur d’une proposition de loi visant à garantir le libre choix du consommateur dans le cyberespace, adoptée à l’unanimité du Sénat en février dernier.

« Les modalités de fonctionnement des iPhone ne nous permettent pas de faire tourner correctement l’application sur ces téléphones. C’est pourquoi nous sommes en discussion avec Apple », a reconnu Cédric O dans le JDD. Mais pour la CNIL, l’efficacité de l’application « dépend de certaines conditions techniques, notamment la possibilité pour une proportion suffisante de la population d’accéder à l’application et de l’utiliser dans de bonnes conditions ».

« On ne peut pas laisser les clés du camion à Apple. On parle quand même de données personnelles qui plus est médicales. La CNIL sera extrêmement vigilante » prévient Loïc Hervé. Ce qui inquiète le sénateur de Haute-Savoie, c’est le volte-face opéré par l’Allemagne sur son application destinée à freiner la propagation du virus. Après avoir longtemps défendu une solution nationale, Angela Merkel s’est finalement rangée derrière le projet d’application proposé par Google et Apple.

Une application inefficace ou une application pilotée par les GAFA, c’est tout le dilemme de l’exécutif.

Dans la même thématique

Application StopCovid : les GAFA en embuscade
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le