Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.
Axel Dubois

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

C’est un sentiment de déclassement, la sensation de ne pas être reconnu, et ce, malgré les années d’ancienneté : « on voit chaque année le salaire fondre comme neige au soleil ». Pour beaucoup de Français, les salaires n’ont pas suivi la forte inflation des dernières années. Au point que certains se retrouvent rattrapés par le SMIC : « Oui, on se sent rattrapé, même si je suis très heureux pour les collègues en début de carrière qui vont gagner plus au SMIC ! ». Un rattrapage qui reste toutefois douloureux, car symbolique.

Mais c’est une autre disparité, tout aussi symbolique, qui attise la colère de Benjamin : « Comment peut-on expliquer l’augmentation des frais de mandats des sénateurs de 700€ et dire aux agents de la fonction publique territoriale que c’est aux communes de décider si vous avez ou non une prime ? ».

 

Deux poids deux mesures ou faux débat ?

« Moi, je ne me l’explique pas » reconnait le sénateur socialiste (SER) de l’Oise, Alexandre Ouizille, qui avait demandé à l’époque, au Président Larcher d’augmenter uniquement les frais des collaborateurs. Une réponse qui ne manque pas de faire soupirer la sénatrice LR de l’Isère, Frédérique Puissat : « Je pense qu’il ne faut pas être démagogue. ». Et en effet, la question reste délicate : [Monsieur Rapicault] a raison : c’est compliqué à expliquer. ».

« Ne mélangeons pas salaire et AFM (l’avance pour frais de mandat) » tente de clarifier le sénateur RDPI des Yvelines, Martin Lévrier, « quelque part, c’est comme si nous étions chef d’entreprise et cet argent, ces 700€, correspondent au budget de fonctionnement de l’entreprise. Si on ne les dépense pas, on les rend au Sénat ». Car cette augmentation serait surtout due à l’augmentation des frais des hôtels selon Frédérique Puissat : « Je fais des déplacements toutes les semaines, quand je dors trois nuits à l’hôtel, c’est peut-être difficile à comprendre, mais ça coute 3 fois 200€. ».

 

Au bon-vouloir des collectivités

« Vous avez répondu sur l’augmentation des frais de mandats – c’est très bien – mais dans ma question je vous demandais aussi : pourquoi la fonction publique territoriale est encore la cinquième roue du carrosse » insiste Benjamin. C’est Alexandre Ouizille qui se charge de répondre : « Pour le coup, on est sous la Constitution – je vois que ce n’est pas agréable comme réponse et je partage – mais la règle c’est que les collectivités s’administrent librement. ». C’est justement cette autonomie qui impliquerait la disparité entre fonction publique d’état et hospitalière, et fonction publique territoriale : le versement de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat reste au bon vouloir des collectivités territoriales.

Il y a « beaucoup de collectivités qui ont du mal à boucler leur budget » rappelle Frédérique Puissat. Car l’autre versant de cette autonomie fiscale des collectivités, c’est « celui de la dépense publique » insiste la sénatrice, impliquant de fait des disparités entre collectivités. Des réponses insatisfaisantes pour Benjamin Rapicault, qui ne manqueront pas d’emporter son souffle agacé.

 

Retrouvez l’intégralité de l’émission ici.

Dans la même thématique

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le