Avec ou sans fusil, décryptage de la communication des chasseurs

Avec ou sans fusil, décryptage de la communication des chasseurs

En septembre dernier, une nouvelle vidéo fait le buzz, on y voit un cerf, perdu en ville, suite à une chasse à courre… Exténué, il se heurte aux barrières avant de retrouver sa liberté en regagnant la forêt voisine. Un exemple de la bataille de com’ qui se joue régulièrement entre pro et anti-chasse sur les réseaux sociaux et qu’Hélène Risser et ses invités décryptent sur le plateau de l’émission Hashtag rediffusée ce lundi 21 décembre à 16h30.
Public Sénat

Par Quentin Poirier

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Rentrée 2020, la Fédération Française de la Chasse diffuse 8 spots sur YouTube et les réseaux sociaux. Au menu, des petites scénettes interprétées par des jeunes, des femmes, des couples d’amoureux… Avec légèreté et un brin d’humour, les chasseurs interpellent le public avec cette question : « Pourquoi pas vous ? ».
Pour le communicant Gilles Masson, l’intention stratégique est bonne : « Les chasseurs dont le crédo était, depuis des décennies, pour vivre heureux vivons cachés, ont été confrontés à un retour de boomerang ». Stigmatisés, ils ont été obligés de réagir en investissant notamment sur le digital. Il explique : « ces spots ont eu une audience énorme. Parfois à la limite du ridicule, objectivement hors-sol mais il n’empêche que cette volonté d’autodérision de la part de la Fédération Nationale des Chasseurs est réussie car ces spots ont été très écoutés ».

 

Choisir ses armes

En mettant en scène des personnes que l’on n’imagine pas chasser, les chasseurs tentent à la fois de renverser les clichés et de permettre à chacun de l’identifier. Une constance que l’on retrouve déjà dans le clip mis en ligne par la Fédération en 2018 dans lequel l’historienne note que l’on ne voit « ni fusil, ni scène de chasse ». Avec de grandes vues sur la nature et les grands espaces, « on insiste sur la sensibilité du chasseur à la nature, à la biodiversité… » décrypte l’historienne qui ajoute « le clip se termine sur la musique du film Mission, comme si la mission du chasseur était de protéger la nature, c’est de la communication, c’est peut-être un peu beaucoup… »

En termes de communication, les chasseurs auraient donc la volonté de jouer sur le même tableau que ceux qui sont devenus leurs principaux adversaires : les militants écologistes.
Mais cette stratégie est-elle efficace ? Pour Gilles Masson, c’est un peu de la provocation. « Plus vous mettez des mots nouveaux qui vont peu à peu agrandir la fenêtre de l’acceptable, plus l’acceptable devient fort. Le mot écologiste qui n’était pas accolé aux chasseurs, l’est maintenant. Il fait débat, mais il l’est. Alors qu’avant il ne l’était pas ».

 

Ne plus se cacher

Autre stratégie, pour tenter de séduire ceux qui ne chassent pas : adopter une communication « plus musclée », en montrant du gibier fraîchement chassé et en se mettant en scène fusil à la main. Cette stratégie c’est celle de Johanna Clermont qui sur son compte Instagram cherche à parler, en images, aux chasseurs mais aussi grand public. Sur le plateau de Hashtag, elle explique notamment, « je me suis rendu compte que les personnes qui consomment de la viande ne se rendent pas forcément compte que ça vient d’un animal mort. Donc j’ai trouvé ça intéressant de montrer que lorsque l’on va à la chasse, on dépèce puis on mange ce que l’on attrape ». Montrer l’envers de la chasse, avec glamour, tel semble être le choix fait par Johanna Clermont. Une communication qui, elle l’affirme, « a beaucoup changé » depuis que les médias s’intéressent à elle.
« Au début, on s’adresse uniquement à des chasseurs, on montre la mort plus facilement parce que c’est normal pour nous et qu’on comprend ce qu’il y a derrière. Désormais, je fais plus attention parce que la chasse ce n’est pas que ça et il faut aussi le montrer, l’expliquer ».
Expliquer et montrer la chasse sous un jour moderne tel semble donc être le crédo des chasseurs en 2020.


Cet épisode de Hashtag est rediffusé ce lundi 21 décembre, à 16h30, sur le canal 13 de la TNT.

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Avec ou sans fusil, décryptage de la communication des chasseurs
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le