Blocage de sites pornographiques aux mineurs : « l’Arcom n’est pas en capacité de faire le job », constate la mission du Sénat

Blocage de sites pornographiques aux mineurs : « l’Arcom n’est pas en capacité de faire le job », constate la mission du Sénat

Dans son rapport sur « l’enfer du décor » de l’industrie pornographique, la mission d’information du Sénat propose de renforcer les prérogatives de l’Arcom pour bloquer l’accès des contenus aux mineurs. Le président du gendarme de l’audiovisuel et du numérique s’est montré mesuré sur ces recommandations.
Simon Barbarit

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Hasard du calendrier, le président de l’Arcom (ancien CSA) était auditionné au Sénat au moment où la mission d’information sur l’industrie pornographique présentait son rapport en conférence de presse quelques mètres plus loin.

A la tête de l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique, Roch-Olivier Maistre est censé, depuis 2020, protéger les mineurs des contenus pornographiques aux effets dévastateurs sur leur psychisme comme l’ont révélé les auditions de la mission.

« Une mission nouvelle pour nous […] Nous avons mis en demeure sept sites

En effet, il y a deux ans, une loi votée à l’initiative du Sénat contraint les sites pornographiques à mettre en place un contrôle de l’âge de leurs visiteurs. Et c’est l’Arcom qui a la charge d’adresser une injonction de mise en conformité aux sites frauduleux. A défaut, l’autorité peut saisir le président du tribunal judiciaire de Paris afin qu’il ordonne aux fournisseurs d’accès à Internet le blocage de ces sites depuis la France.

Mais depuis des mois, ces injonctions, à plusieurs plateformes comme Pornhub, Tukif, Xhamster, Xvideos, ou Xnxx, sont restées lettres mortes. La procédure traîne et est suspendue à une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), déposée il y a quelques semaines par MG Freesites. Le 30 septembre, le tribunal décidera s’il transmet la QPC à la Cours de Cassation. Si c’était le cas, l’action de l’Arcom serait suspendue.

Pour l’Arcom, « la balle est maintenant dans le camp des sites »

En parallèle, le juge a, même, enjoint les éditeurs de sites pornographiques, l’Arcom et les fournisseurs d’accès à Internet à recourir à une médiation. « Nous avons souhaité que cette médiation soit d’une durée relativement courte parce que le temps s’est écoulé depuis la loi. La balle est maintenant dans le camp des sites. J’espère que cette médiation sera l’occasion, pour eux, de proposer des dispositifs efficaces répondant à la volonté du législateur qui s’est encore exprimé avec la publication de ce rapport », a expliqué le patron de l’Arcom.

En effet, la mission recommande de renforcer les prérogatives de l’Arcom en assermentant ses agents afin de leur permettre de constater eux-mêmes les infractions des sites pornos accessibles aux mineurs. La délégation aux droits des femmes du Sénat propose aussi de confier à l’Arcom la possibilité de prononcer des sanctions administratives, aux montants dissuasifs et veut imposer aux sites pornographiques l’affichage d’un écran noir tant que l’âge de l’internaute n’a pas été vérifié.

» Lire notre article : Porno : le Sénat veut bloquer l’accessibilité des sites aux mineurs

Interrogé sur ce point, Roch-Olivier Maistre souffle le chaud et le froid. « La balle est dans le camp de la justice. On va voir ce que la médiation va donner. Nous aurions souhaité que le tribunal utilise sa faculté de bloquer les sites purement et simplement parce que notre conviction, c’est que tant qu’il n’y aura pas une contrainte, ils ne se mettront pas pleinement en mouvement », explique-t-il, tout d’abord.

Lire notre article. Porno : coup de chaud pour Dorcel et « Jacquie et Michel » auditionnés au Sénat

« Ce sont des procédures assez lourdes »

Mais devant la proposition « des sanctions administratives, aux montants dissuasifs », il est plus sceptique. « La grosse difficulté que je vois, c’est que ce sont des sites basés hors de France. Il y en a qui sont à Chypre, au Portugal, en Tchéquie… Ce n’est pas au bureau de poste d’à côté que se fait l’accusé de réception mais à l’autre bout de l’union. Il faut qu’on informe la Commission européenne. Ce sont des procédures assez lourdes », objecte-t-il avant de préciser « qu’il allait prendre connaissance du rapport ».

« Rien ne l’empêche de demander des moyens législatifs supplémentaires »

Informées de la réponse du président de l’Arcom en direct, les corapporteures de la mission y voient la confirmation « qu’elle n’est pas aujourd’hui en capacité de faire le job », note la présidente de la délégation aux droits des femmes, Annick Billon qui rappelle que ces propositions sont issues des auditions des représentants de l’Arcom.

En juin dernier, Guillaume Blanchot, directeur général, de l’Arcom (Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique) avait manié la litote pour définir l’attitude des sites pornographiques. « Il faut entourer nos décisions de toutes les garanties juridiques nécessaires […] les sites pornographiques visés par ces procédures se sont entourés de meilleurs avocats de la place de Paris et sont dans une approche que l’on peut qualifier de contentieuse à notre égard ».

« L’Arcom agit dans le cadre de la loi. Mais rien ne l’empêche de demander des moyens législatifs supplémentaires », a conseillé la co-rapporteure de la mission, Laurence Rossignol (PS).

 

Dans la même thématique

Installation dans un champ d’un panneau indiquant Votre alimentation commence ici
7min

Société

Agriculture : qu’est-ce que les « clauses miroirs » que demandent les agriculteurs ?

Le terme revient souvent dans la crise agricole. Les « clauses » et « mesures miroirs », qu’exigent les agriculteurs, sont un moyen d’éviter une concurrence déloyale. L’idée est d’imposer aux pays tiers les mêmes normes environnementales que celles exigées en France et en Europe aux agriculteurs. Si le gouvernement affiche son volontarisme, leur mise en œuvre est complexe et semée d’embûches…

Le

MARIA RESSA : PRESS CONFERENCE AT RSF PARIS
7min

Société

Respect du pluralisme sur CNews : « Il ne s’agit pas d’encadrer la liberté d’expression, mais de faire respecter la loi », assure Christophe Deloire

Après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle du respect du pluralisme par la chaîne CNews, Reporters sans frontières est accusé par les médias du milliardaire Vincent Bolloré de porter atteinte à la liberté d’expression. Après avoir reçu le soutien d’une vingtaine d’avocats, RSF se dit déterminé à vouloir faire appliquer la loi.

Le

Blocage de sites pornographiques aux mineurs : « l’Arcom n’est pas en capacité de faire le job », constate la mission du Sénat
5min

Société

« Mon grand-père a toujours pensé qu'il devait sa vie au fait que Manouchian n'avait pas parlé sous la torture », raconte Pierre Ouzoulias

Petit-fils d’un militant communiste qui a combattu avec Missak Manouchian, le sénateur Pierre Ouzoulias estime que la panthéonisation de ce résistant fusillé par les Allemands scelle « la réconciliation » des Résistances communistes et gaullistes autour de « la vocation fortement universelle et universaliste de la France ».

Le

permis
8min

Société

Permis de conduire : le projet de loi européen visant à mettre fin au permis à vie cristallise les tensions

Un projet de loi européen, qui sera soumis au vote du Parlement fin février et porté par la députée européenne écologiste française Karima Delli, propose de modifier la directive européenne sur la durée de validité du permis de conduire en fixant notamment une visite médicale obligatoire à l’obtention du permis, puis tous les 15 ans. A partir de 70 ans en revanche, la mesure est renforcée par un contrôle tous les 5 ans. Objectif ? « Zéro mort » sur les routes à l’horizon 2050.

Le