Budget de la Sécurité sociale au Sénat : les points clés du texte

Budget de la Sécurité sociale au Sénat : les points clés du texte

Le Sénat commence l’examen du budget de la Sécurité sociale ce lundi. Les sénateurs veulent supprimer la hausse de la CSG pour les retraités. Retour sur les points-clés du texte.
Public Sénat

Par Alexandre Poussart avec AFP

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Les sénateurs entament, ce lundi, l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale et ont montré un assentiment large aux orientations choisies par le gouvernement et qui seront défendues par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. Ce budget prévoit un déficit de la Sécurité sociale de 2,2 milliards d’euros en 2018 et un retour à l’équilibre en 2020.

Les sénateurs suppriment la hausse de la CSG pour les retraités

Cependant, lors de l’examen du texte en commission, les sénateurs ont supprimé la hausse de 1,7 point de la CSG pour les retraités. « Cette hausse représenterait 4,5 milliards d’euros de prélèvements supplémentaires sur les retraités », selon la commission, alors que l'exonération de la taxe d'habitation « dont tous ne bénéficieront pas » ne représente que 3 milliards d’euros pour l'ensemble de la population. Pour compenser cette perte de recettes pour la Sécurité sociale, les sénateurs ont prévu une hausse de la part de TVA qui lui est affectée.

Suppression du RSI : dévoiler “l’entourloupe”

"Tous les travailleurs indépendants sont contre la suppression du RSI" selon le sénateur Jean-Noël Cardoux
03:25

Ce projet de loi doit acter le rattachement du régime social des travailleurs indépendants (RSI) au régime général. La commission des affaires sociales y est favorable mais veut prévoir notamment un accueil et un accompagnement pour répondre aux spécificités des travailleurs indépendants. « On ne s'y opposera pas, mais on dévoilera l'entourloupe », dit Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat. « Les indépendants continueront à payer autant, et recevront toujours aussi peu ». Une partie des sénateurs de droite devraient s’opposer à cette suppression du RSI, craignant que les travailleurs indépendants soient maltraités dans le régime général. "Les travailleurs indépendants sont contre cette mesure", affirme le sénateur (LR) de Jean-Noël Cardoux, spécialiste de cette question (regarder la vidéo ci-dessus). A noter que les groupes socialiste et RDSE (radicaux) ne souhaitent pas supprimer le RSI via ce budget.

Baisse des primes à la petite enfance : les sénateurs vent debout

Les sénateurs ont supprimé en commission les baisses de la prime à la naissance et de l’allocation de base de prestation d’accueil du jeune enfant, prévues par le gouvernement, ainsi que l’augmentation des plafonds de ressources pour ces prestations. « Cette mesure représentera entre 1 108 et 2 030 euros de perte de prestations par an pour les quelques 150 000 familles qui seront progressivement concernées », affirme le rapporteur de la commission des finances Alain Joyandet (LR). Les sénateurs expliquent que d’importantes économies ont déjà été réalisées sur la politique familiale.

Le Sénat supprime les taxes sur l’eau minérale et les farines

Favorable à la hausse de la fiscalité sur le tabac et sur les boissons sucrées adoptée à l’Assemblée, les sénateurs ont supprimé la taxe sur les eaux minérales, pour adresser un signal cohérent aux consommateurs, ainsi que la taxe sur les farines, prélèvement jugé obsolète.

Accord sur les vaccins obligatoires et la télémédecine

Les sénateurs ont approuvé en commission le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires pour les jeunes enfants nés après le 1er janvier 2018, le report du tiers-payant généralisé ainsi que l’entrée de certains actes de télémédecine (téléconsultation et téléexpertise) dans une tarification de droit commun.

Après les discours des rapporteurs et des groupes politiques ce lundi, le débat sur les articles du projet de loi commencera mardi après-midi.

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Budget de la Sécurité sociale au Sénat : les points clés du texte
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le