Carole Delga se dit « atterrée » par les propos d’Aymeric Caron qui veut faire interdire la corrida en France

Carole Delga se dit « atterrée » par les propos d’Aymeric Caron qui veut faire interdire la corrida en France

Le député LFI Aymeric Caron défend une proposition de loi pour mettre fin à la corrida en France. Il appelle l’ensemble de la gauche à soutenir ce texte, mais la socialiste Carole Delga, présidente de la région Occitanie où la pratique reste très implantée, lui reproche de « stigmatiser » une partie de la population. Sur Public Sénat, elle redit son « soutien à la tradition ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Alors que s’ouvre cette semaine la Féria de Nîmes, qui célèbre cette année ses 70 ans, le député Nupes Aymeric Caron entre en guerre contre la corrida. L’ancien journaliste, fondateur du parti Révolution écologique pour le vivant, et qui siège désormais avec les élus LFI à l’Assemblée nationale, a déposé une proposition de loi en ce sens. Elle sera débattue en séance publique le 24 novembre prochain. « On ne peut pas être de gauche et soutenir la corrida », a déclaré l’élu parisien dans la presse régionale. Des déclarations qui font bondir Carole Delga, la présidente socialiste de la région Occitanie : « C’est n’importe quoi. Je suis atterrée qu’un député de la République puisse tenir des propos pareils », s’est-elle agacée vendredi sur le plateau de « Bonjour chez vous », la matinale de Public Sénat.

« Je soutiens la corrida, comme je soutiens la tradition. Nous devons savoir reconnaître les différences de culture », a expliqué cette ancienne secrétaire d’Etat au Commerce. « Arrêtons cette stigmatisation, arrêtons de vouloir culpabiliser les gens qui vont à la corrida ou qui mangent de la viande. Les sujets ne sont pas là : le monde est en guerre, nous devons recréer un équilibre géopolitique, avoir un partenariat avec une Europe forte, assurer notre approvisionnement énergétique. Nous devons faire en sorte que tout le monde mange à sa faim, et que personne ne dorme dehors. Ce sont ça les réalités ! », a-t-elle martelé.

« Les Français n’en peuvent plus de ça, c’est la raison pour laquelle ils ne vont plus voter, ils sont écœurés », estime encore notre invitée.

« Je refuse une société de la confrontation, de la division, du rapport perpétuellement conflictualisé »

Une sortie qui rappelle les différences de vues – parfois abyssales – entre certains socialistes et les autres membres de l’alliance de gauche, dont certains commentateurs prédisaient un éclatement rapide après les législatives. Pour mémoire, Carole Delga s’était vivement opposée, avec d’autres figures du quinquennat de François Hollande, au rapprochement du PS et de LFI, allant jusqu’à soutenir 14 candidatures dissidentes dans sa région. Trois mois plus tard, l’heure n’est visiblement pas à la réconciliation entre cette ligne du PS et les tenants d’un positionnement plus radical.

« Je suis toujours socialiste mais avec une ligne très claire : je refuse une société de la confrontation, de la division, du rapport perpétuellement conflictualisé », a encore expliqué Carole Delga. Avant d’ajouter : « Oui, j’aime la police. Oui j’aime le travail parce qu’il est émancipateur ».

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

Carole Delga se dit « atterrée » par les propos d’Aymeric Caron qui veut faire interdire la corrida en France
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Carole Delga se dit « atterrée » par les propos d’Aymeric Caron qui veut faire interdire la corrida en France
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le