Catalogne : de la lutte pour l’universalisme au repli sur soi ?

Catalogne : de la lutte pour l’universalisme au repli sur soi ?

Au moment où les manifestations s’intensifient  en Catalogne, Fabrice d’Almeida revient dans l’Info dans le rétro sur l’indépendance proclamée puis suspendue de la Catalogne, qui n’est pas sans rappeler la création de la « généralité » de Catalogne en 1931, puis suspendue par le général Franco.
Public Sénat

Par Fabrice D'Almeida

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

"Mercredi 11 octobre, Carles Puigdemont le président de la "généralité de la catalogne" proclame l’indépendance de cette communauté autonome avant de la suspendre immédiatement.

Sa revendication d’une liberté élargie pour la Catalogne n’est pas sans rappeler le moment historique qu’a vécu pour la première fois les Catalans dans leur quête d’autonomie. Dans les années 30, la généralité de catalogne est reconnue. Une indépendance conquise qu’elle défendra chèrement.

1936 – 2017 : 80 ans de lutte pour l’indépendance

Le 11 septembre 1936 alors que la République luttait contre le franquisme, les forces de l’ordre de la généralité de catalogne, syndicalistes, anarchistes, communistes et socialistes unis avec des libéraux, défilaient le jour de la fête nationale catalane, prêts à combattre le général Franco.

Une comparaison frappante entre ces deux images et ces deux époques. Dans celle d’aujourd’hui, les indépendantistes refusent de rester dans une démocratie qui souhaite les garder en son sein. Dans celle de 1936, la Catalogne luttait pour la république et pour sauver une autre idée de l’Espagne que celle défendue par la dictature militaire naissante. En somme, les Catalans étaient les combattants de l’universalisme, contre le particularisme des nationalistes."

 

 

Retrouvez l'intégralité de l'émission présentée par Fabrice d'Almeida, samedi à 8h30 et 15h30, dimanche à 12h et lundi à 23h.

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

Catalogne : de la lutte pour l’universalisme au repli sur soi ?
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Catalogne : de la lutte pour l’universalisme au repli sur soi ?
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le