Censure du délit de consultation de sites djihadistes : la fin « d’un délit appuyé sur aucun indice » ?

Censure du délit de consultation de sites djihadistes : la fin « d’un délit appuyé sur aucun indice » ?

L’avocat de la ligue des droits de l’Homme se félicite de la censure du délit de consultation habituel d’un site djihadiste par le Conseil Constitutionnel. Ce délit sanctionnait « une démarche intellectuelle » explique-t-il.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Inscrit au code pénal depuis l’été dernier, le Conseil Constitutionnel vient de censurer le nouveau délit de consultation habituelle de site djihadiste. L’article 412-2-5-2 du code pénal punissait « de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende » le fait de « consulter habituellement un service de communication au public en ligne mettant à disposition des messages, images ou représentations soit provoquant directement à la commission d'actes de terrorisme, soit faisant l'apologie de ces actes ». Cet article n'était toutefois « pas applicable lorsque la consultation est effectuée de bonne foi, résulte de l'exercice normal d'une profession ayant pour objet d'informer le public, intervient dans le cadre de recherches scientifiques ou est réalisée afin de servir de preuve en justice ».

Pour l’avocat de la ligue des droits de l’Homme, François Sureau, ce délit sanctionnait « une démarche intellectuelle ». « Le Conseil Constitutionnel a considéré que dans cette mesure on ne pouvait pas créer un délit cognitif, un délit appuyé sur aucun indice. Le simple fait de consulter devenait un délit (…) Il a considéré que ce n’était pas proportionné et que ce n’était pas justifié » explique-t-il au micro de Public Sénat. Des arguments que Me Sureau avait déjà détaillé devant le Conseil Constitutionnel le 31 janvier dernier comme le rapporte le journal Le Monde. Et quant à l’exception de consultation de « bonne foi », le Conseil l’a jugé trop « vague ». Il « ne suffisait pas à justifier une entrave aussi importante à la liberté de penser » explique l’avocat.

François Sureau (Ligue des droits de l'Homme): nous sommes aux antipodes de la philosophie politique" de Philippe Bas
00:57

Contacté par publicsenat.fr, le président LR de la Commission des lois, Philippe Bas a annoncé, ce matin, qu’il déposerait dans les prochains jours une proposition de loi destinée à rétablir un délit « essentiel » selon lui «  à la lutte antiterroriste ». « Nous prendrons en compte la décision du Conseil Constitutionnel, notamment sur l’exemption de bonne foi. Nous allons mieux caractériser ce délit pour se conformer à la décision du Conseil Constitutionnel » a-t-il annoncé. Ce à quoi Me Sureau répond :

« la ligue des droits de l’Homme en général et moi en particulier sommes aux antipodes de la philosophie  politique du président de la Commission des lois du Sénat » (…) la défense de la démocratie passe par l’existence d’un citoyen conscient, qui dans l’exercice de ses libertés intellectuelles, celles de s’informer, celles de réfléchir, n’est contrôlé ni par la police, ni par les juges ».

 

Selon le syndicat de la magistrature, le désormais « ancien » délit de consultation habituel d’un site djihadiste a fait l’objet  d’une quarantaine d’affaires pour un peu plus de vingt condamnations.

(Images et ITW Quentin Calmet)

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

Censure du délit de consultation de sites djihadistes : la fin « d’un délit appuyé sur aucun indice » ?
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Censure du délit de consultation de sites djihadistes : la fin « d’un délit appuyé sur aucun indice » ?
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le