Charlotte Caubel annonce une « campagne choc » sur l’inceste et les violences faites aux enfants

Le gouvernement lancera à la rentrée prochaine une importante campagne de sensibilisation autour des violences faites aux enfants. Invitée de Public Sénat, Charlotte Caubel, la secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargée de l'Enfance, dénonce « une forme d’omerta » sur ces questions, et insiste sur la nécessité de mettre fin au silence pour mieux apprendre à décrypter « les signaux faibles ».
Romain David

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L’exécutif annonce le lancement à la rentrée d’une « campagne choc » contre les violences faites aux enfants, sur le modèle des campagnes de prévention routière. « Cela doit interpeller tous les adultes que nous sommes à l’égard de notre comportement vis-à-vis des enfants […] mais aussi pour repérer les signaux faibles et porter la parole des enfants », a expliqué Charlotte Caubel, la secrétaire d’État auprès de la Première ministre, chargée de l’Enfance, ce mercredi 24 mai au micro de « Bonjour chez vous », la matinale de Public Sénat.

« Cela fait un an que je suis à mon poste et je ne peux que mesurer que nous n’arrivons pas à mobiliser suffisamment notre pays sur la réalité des violences faites aux enfants », déplore-t-elle. « On est enfin arrivé à le faire sur les violences faites aux femmes, mais cette question, sur les enfants, ne passe pas le mur du son. On n’entend pas qu’un enfant meurt tous les cinq jours dans son environnement familial. On n’entend pas que deux enfants par classe subiront, un jour, un phénomène d’inceste », énumère notre invité, qui alerte également sur la recrudescence de certains phénomènes. « Le nombre de bébés secoués depuis la crise sanitaire a doublé ; on a 400 enfants chaque année qui deviennent handicapés à vie du fait d’avoir été secoués. »

Briser le silence

« Avec les enfants, il y a un côté que je n’arrive pas à décrypter, qui est : ce n’est pas possible que l’on fasse cela à un enfant. Il y a toujours une explication, on ne veut pas voir parce que c’est dans les familles, c’est caché », poursuit Charlotte Caubel qui évoque « une forme d’omerta ».

Une première campagne de sensibilisation « pourrait être plus spécifiquement centrée autour de l’inceste et des violences intrafamiliales », précise encore cette responsable gouvernementale. « L’inceste, par rapport à d’autres formes de violences, est d’autant plus difficile à accepter qu’il va détruire la famille : le couple si l’un des deux est agresseur, l’environnement familial qui prendra parti, etc. C’est extrêmement compliqué, il y a un tabou sur cela qu’il faut lever. »

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

Charlotte Caubel annonce une « campagne choc » sur l’inceste et les violences faites aux enfants
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Charlotte Caubel annonce une « campagne choc » sur l’inceste et les violences faites aux enfants
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le