Paris : Ceremonie les Eclats

CNC : le cas Boutonnat électrise le monde du cinéma à la veille du lancement du festival de Cannes

Ils étaient une cinquantaine de manifestants réunis devant le Centre national du Cinéma (CNC), à l’appel de plusieurs associations et syndicats. Ces militants réclament le départ de Dominique Boutonnat de la présidence du CNC, cet organisme public chargé du soutien à la création cinématographique en France. Un appel à la mobilisation relayée par l’actrice Judith Godrèche, devenue figure de proue de la lutte contre les violences sexuelles dans le cinéma.
Quentin Calmet

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Sur une pancarte, ces mots inscrits en lettres rouges : « Clap de fin pour les agresseurs ». Les slogans fusent pour réclamer le départ du président du CNC. « Séparer l’homme du CNC », ironise la banderole des manifestants.

Dominique Boutonnat, président du CNC, est accusé par son filleul d’agression sexuelle. Le jeune homme dénonce une agression sexuelle, qui se serait déroulée à l’été 2020. L’ancien producteur de cinéma est à la tête du CNC depuis juillet 2019, reconduit en juillet 2022 pour trois ans de mandat. Son procès pour agression sexuelle doit se tenir à Nanterre le 14 juin prochain.

Judith Godrèche en première ligne

Fin février 2024, l’actrice Judith Godrèche avait publiquement dénoncé en audition au Sénat, le maintien dans ses fonctions de Dominique Boutonnat, par la ministre de la Culture, Rachida Dati. Judith Godrèche en a parlé directement à Rachida Dati, lors d’une rencontre après la cérémonie des César. « Ce à quoi, elle m’a répondu la présomption d’innocence », a raconté l’actrice lors de son audition au Sénat, fin février. « Je lui ai dit que ce n’était pas la question, mais une question de symbole », a-t-elle confié aux sénateurs.

Le Sénat s’empare du dossier

Quelques jours plus tard, deux importantes instances du Sénat avaient relayé l’indignation de la comédienne. La présidente de la Délégation aux droits des femmes du Sénat, Dominique Vérien, ainsi que celui de la Commission de la Culture du Sénat, Laurent Lafon avaient publié un communiqué demandant le départ de Dominique Boutonnat de la présidence du CNC. « Nous partageons [la] conviction [de Judith Godrèche] quand elle affirme que la confiance est un facteur primordial pour inciter les victimes de ces violences à parler. Nous vous demandons par conséquent de prendre les mesures nécessaires pour mettre fin [aux] fonctions [de Dominique Boutonnat] », écrivaient alors les sénateurs.

« Une de ses missions, c’est d’éradiquer les violences sexuelles. Donc comment fait-on pour éradiquer les violences sexuelles quand on est soi-même poursuivi sur le sujet ? », s’interroge aujourd’hui Dominique Vérien, la présidente de la Délégation aux droits des femmes du Sénat.

Dominique Vérien ajoute : « On lui demande de mettre en place les formations pour lutter contre ce que lui-même avoue avoir fait ». En effet, la sénatrice explique que Dominique Boutonnat a « avoué avoir eu un comportement probablement inadapté ».

Laurent Lafon évoque son incompréhension

Selon le président de la commission Culture du Sénat, Dominique Boutonnat aurait dû se mettre en retrait, le temps de son procès. Laurent Lafon ajoute : « Quand on préside une structure, on l’incarne aussi. Il met certainement beaucoup de gens mal à l’aise, à l’intérieur du CNC. »

« Penser que le président du CNC qui passera au tribunal au mois de juin puisse être sur les marches de Cannes est un très mauvais signal envoyé au monde du cinéma et à toutes celles et tous ceux qui sont victimes d’agressions », conclut Laurent Lafon.

« Langue de bois » du gouvernement

Les sénateurs regrettent l’absence de réaction, depuis le mois de mars, de la part de l’exécutif. « On ne peut pas toujours s’abriter sous la présomption d’innocence, déplore Laurent Lafon. Oui, il y a une présomption d’innocence, il n’empêche : il y a une responsabilité individuelle des personnes mises en cause. […] Ce n’est pas uniquement un dépôt de plainte […] il y a eu une enquête, un renvoi vers la Justice : on ne peut pas s’abriter systématiquement derrière cela. J’ai du mal à comprendre, depuis le début, la position de l’exécutif sur la gestion du cas Boutonnat ».

De son côté, Dominique Vérien pensait avoir des réponses concrètes de la part de Rachida Dati, début mars, au moment de la publication du communiqué sénatorial. Finalement, devant la commission de la Culture, la ministre « a ressorti la même langue de bois que tout le monde en disant ‘présomption d’innocence’ », regrette la sénatrice de l’Yonne.

Les regards se tournent vers Cannes

Cette initiative devant le siège du CNC intervient à la veille du début du Festival du film de Cannes. Une grand-messe du cinéma qui pourrait être marquée par des révélations fracassantes : une liste de dix personnalités (acteur, producteur, réalisateur) pourrait être publiée. Tous seraient accusés de violences sexuelles. Cette « rumeur » met actuellement le cinéma français « sur les nerfs », comme le note Courrier international.

Dans la même thématique

CNC : le cas Boutonnat électrise le monde du cinéma à la veille du lancement du festival de Cannes
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le

La sélection de la rédaction

49th Cesar Film Awards – Dinner Photocall
7min

Société

Violences sexuelles dans le cinéma : que faut-il retenir de l'audition de Judith Godrèche au Sénat?

Ce jeudi 29 février, Judith Godrèche a été auditionnée par la délégation sénatoriale aux droits des femmes. En dénonçant l’emprise et les violences sexuelles dont elle a été victime enfant, l’actrice a récemment déclenché une nouvelle vague de libération de la parole dans le cinéma français. Retrouvez tous les temps forts de son audition.

Le