Compteur Linky : Une sénatrice souhaite laisser le choix aux usagers

Compteur Linky : Une sénatrice souhaite laisser le choix aux usagers

Dangereux pour la santé ? Coûteux ? Intrusif ? La pose de nouveaux compteurs électrique « intelligents » Linky inquiète bon nombre de Français. Une sénatrice LR a décidé  de déposer un amendement qui permet aux consommateurs « de s’y opposer expressément ».
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« L’obligation nous est faite d’installer de nouveaux compteurs, mais nous n’avons certes pas vocation à forcer la porte de qui que ce soit. Dans la quasi-totalité des cas, aucun refus ne nous est opposé ». C’est ce qu’assurait Philippe Monloubou, président du directoire d’Enedis (anciennement Électricité Réseau Distribution France (ERDF), devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, le 2 février 2016. La vidéo tourne en boucle sur Youtube  entre militants anti-compteurs Linky. Pour eux, il s’agit  de la preuve, de la bouche même du dirigeant, que la pose d’un compteur Linky n’est pas obligatoire.

L’avis critique de la Cour des Comptes

Depuis 2015, afin de moderniser le parc des compteurs électriques français, Enedis (filiale d’EDF) a commencé à installer les premiers compteurs « intelligents », pour arriver à 35 millions de compteurs d’ici 2021. Mais voilà, l’opération ne s’est pas faite sans heurts. Le mois dernier, la Cour des Comptes pointait un « dispositif coûteux pour le consommateur mais avantageux pour Enedis ». Un bénéfice d’un montant de 49 millions par an entre 2015 et 2030, et qui plus est à la charge du consommateur à partir de 2021, notent les Sages de la rue Cambon. Se posent également des questions sur les risques pour la santé des ondes émises par ces nouveaux compteurs.  Sans oublier les nombreuses interrogations autour des données personnelles recueillies par ces compteurs capables de suivre en temps réel la consommation d’électricité, alors que seulement 1,5% des usagers Linky en ont fait la démarche.

Un amendement rejeté en commission

Ce mercredi, lors de l’examen du projet de loi sur la protection des données personnelles, la sénatrice LR de Gironde, Florence Lassarade a décidé de déposer un amendement permettant « aux consommateurs de s’opposer expressément » à ces compteurs Linky. « Lors des auditions à l’office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst), j’ai pu relever à quel point les gens souffraient de cette intrusion dans leurs données personnelles » explique à publicsenat.fr la sénatrice avant de préciser que son amendement a été rejeté en commission.

Peut-on actuellement s’opposer à la pose d’un compteur Linky ?

La distribution d’électricité est un service public, et comme la loi relative la transition énergétique pour la croissance verte impose de mettre en œuvre des dispositifs de comptage, s’opposer à  la mise en place de ces compteurs, c’est s’opposer l’exécution d’une mission de service public.

À qui appartiennent les compteurs ?

Aux communes, mais celles-ci peuvent en déléguer la gestion à une structure intercommunale ou à un syndicat de l’énergie mais  Enedis est le seul gestionnaire du réseau. Plusieurs centaines  municipalités ont, néanmoins, voté des résolutions pour empêcher la pose de ces compteurs. Dans ces cas-là, les préfets ont la possibilité de saisir la justice, « cela a été fait dans quelques cas » reconnaissait Philippe Monloubou dans une interview au journal le Monde. « A ce jour, l’ensemble des contentieux portés par les communes a d’ailleurs été rejeté » relevait quant à elle l’association UFC que choisir, en juillet dernier. «  Si  les tenants et les aboutissant de la pose d’un compteur Linky sont bien expliqués, on aura 80% des foyers français qui en bénéficieront et ça suffira comme ça » évalue Florence Lassarade en guise de conclusion.

 

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

Compteur Linky : Une sénatrice souhaite laisser le choix aux usagers
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Compteur Linky : Une sénatrice souhaite laisser le choix aux usagers
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le