Congrès des régions de France : « Nous devons avoir un plan d’investissement massif dans les infrastructures ferroviaires », alerte Carole Delga

Congrès des régions de France : « Nous devons avoir un plan d’investissement massif dans les infrastructures ferroviaires », alerte Carole Delga

Ce vendredi 16 septembre 2022, Carole Delga, présidente de la région Occitanie et de Régions de France a réaffirmé l’urgence d’investir massivement dans les infrastructures ferroviaires Français.
Public Sénat

Par Lucille Gadler

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Nous sommes au bord de l’implosion ! »

« Nous sommes au bord de l’implosion ! » a alerté la présidente de région de France. Le président de la SNCF avait également partagé ses inquiétudes face à la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du sénat. Le président de la SNCF y avait déploré le niveau insuffisant des investissements prévus par le récent contrat de performance. Pour lui, le manque d’investissement dans le ferroviaire risque de mener au « décrochage du réseau français ».

Pour Carole Delga, les 2,8 milliards par an alloués sur 10 ans prévus par le contrat de performance sont loin d’être suffisants au regard des enjeux. « Quand la France prévoit mettre de 2,8 milliards euros par an sur 10 ans, l’Allemagne propose 9 milliards, Italie 10 milliards. Alors que c’est 100 milliards d’euros sur 15 ans qui sont nécessaires selon Jean-Pierre Farandou. » accuse-t-elle. « Nous devons avoir un plan d’investissement massif dans les infrastructures ferroviaires ». Le président de la SNCF partage ce constat. « À l’évidence, les 2,8 milliards d’euros sur fonds propres de SNCF Réseau, ce n’est pas suffisant pour aller au bout d’une ambition forte d’une régénération consistante. Il faut mettre plus d’argent pour limiter l’érosion. » avait-il soutenu lors de son audition au Sénat.

« Il en va de la souveraineté de notre pays »

De cette nécessité d’investissement dans le ferroviaire, dépend la souveraineté du pays, a précisé la présidente de régions de France. « Cet investissement n’est pas une dette stérile. Cet investissement est générateur de richesse et de PIB, mais aussi de bien être pour nos populations. On est aujourd’hui très loin du compte » a-t-elle poursuivi. « Si nous n’agissons pas dans les 5 prochaines années, dans un volume financier largement décuplé, cela veut dire que d’ici 5 ans, près de la moitié des lignes ferroviaires ne pourront plus fonctionner : « Nous devons savoir anticiper ». Pour Madame Delga, il faut porter ces investissements au niveau européen. « C’est absolument indispensable, cet investissement est générateur de richesse, et la richesse c’est le PIB, c’est la lutte contre le réchauffement climatique et c’est aussi des populations ne sentent pas oubliées. » a-t-elle conclu. La présidente de la région Occitanie avait notamment fait part de cette urgence dans une tribune : « Face à l’urgence climatique et sociale, la France ne doit pas rater le train de l’histoire » .

« J’entends les urgences »

Présente au congrès des régions, la première ministre Elisabeth Born a répondu à l’alerte lancée par Carole Delga : « J’entends l’urgence » a assuré la première ministre. Elle également précisé partager les attentes des présidents de région. « Il faudra être imaginatif pour ce challenge commun » a-t-elle conclu. Du côté du ministère des transports, Clément Beaune avait été clair « On ne financera pas tout pour tout le monde ». « Il faudra qu’elles en supportent une partie » avait-il affirmé.

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Congrès des régions de France : « Nous devons avoir un plan d’investissement massif dans les infrastructures ferroviaires », alerte Carole Delga
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le