Covid-19 : « On a décidé de ne plus emmerder les gens avec le port du masque, c’est un manque de courage politique », dénonce Mathias Wargon

Covid-19 : « On a décidé de ne plus emmerder les gens avec le port du masque, c’est un manque de courage politique », dénonce Mathias Wargon

Invité de la matinale de Public Sénat, vendredi 9 décembre, Mathias Wargon, médecin urgentiste et chef de service à l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis, estime que le gouvernement tarde à mettre en place une politique de prévention face au risque de 9e vague. Il a également dénoncé les positions de plusieurs sénateurs de droite, « antivax et anti-masque », et indique avoir interpellé Gérard Larcher.
Romain David

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Déjà en crise, le système hospitalier s’apprête à encaisser le choc d’une triple épidémie de bronchiolite, de grippe et de covid-19. Malgré les tensions, le ministre de la Santé, François Braun, a démenti à plusieurs reprises tout « tri » des enfants aux urgences. « Pour la bronchiolite, je pense que les urgences pédiatriques ont connu leur hiver le plus difficile. Cela fait plusieurs années que l’on avait cette problématique avec des transferts d’enfants d’une région à une autre. Mais quand on regarde les courbes, on a fait une bronchiolite énorme par rapport aux hivers précédents », assure Mathias Wargon, médecin urgentiste et chef de service à l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis. « Les enfants graves ont été soignés, mais pas toujours dans de bonnes conditions. On a fait un peu de bricolage », explique encore ce médecin, invité vendredi de « Bonjour chez vous », la matinale de Public Sénat.

« Bien sûr que l’on fait du tri aux urgences », poursuit Mathias Wargon. « Le ministre de la santé François Braun dit que l’on ne fait pas de tri, il sait bien de quoi l’on parle puisqu’il est lui-même urgentiste. Quand on a énormément de monde, on a une petite tendance à renvoyer des patients. Renvoyer les patients des urgences n’est pas un problème. Beaucoup de gens viennent aux urgences alors qu’ils seraient mieux traités en ville. Le problème c’est où ? », interroge notre invité. « On n’a pas de médecins de ville, pas de réseaux. Nous n’avons pas trouvé de solution avant de nous retrouver dans le mur. Le manque de médecins de ville était déjà un problème quand j’ai commencé mes études, en 1985-1986. On ne l’a pas du tout anticipé », déplore-t-il.

« Je me suis fait insulter par des anciens sénateurs et des sénateurs »

Mathias Wargon se dit également agacé par le manque de directives claires sur le covid-19, alors que les indicateurs de suivi de l’épidémie repartent à la hausse. « Je n’ai rien vu de clair sur la vaccination, même nous, on ne sait pas qui l’on doit vacciner », pointe-t-il. « De toute façon, nous avons des problématiques de vaccination de la population et des soignants depuis au moins 20 ans, le covid n’a fait que les mettre en lumière ».

À ce stade, le port du masque est vivement recommandé par le gouvernement, mais aucune mesure d’obligation, dans les transports en commun ou les lieux publics, n’a encore été prise. « On a décidé de ne plus emmerder les gens avec le port du masque. C’est un manque de courage politique », s’agace Mathias Wargon. « Je me suis fait insulter par des anciens sénateurs et des sénateurs. Une sénatrice LR a voulu me couvrir de goudron et de plumes », rapporte l’urgentiste, avant de citer Sylvie Goy-Chavent, sénatrice LR de l’Ain, mais aussi de dénoncer les prises de position du sénateur LR de la Côte-d’Or Alain Houpert, radiologue de formation, ou encore de l’ancien sénateur UDI de Paris, Yves Pozzo di Borgo. « Ils sont du côté de France Soir, de tous les complotistes, soutiennent les mouvements antivax et anti-masque », assure Mathias Wargon.

« J’ai interpellé Gérard Larcher sur Twitter, je n’ai évidemment eu aucune réponse. Par contre, quand Alain Houpert se fait condamner par le conseil de l’Ordre des médecins, on appelle à la liberté d’expression. Moi, ma liberté d’expression, quand je parle du masque et du vaccin, est largement remise en cause par ces mêmes personnes et tous ceux qui les suivent. »

Également interrogé sur la réintégration des soignants, Mathias Wargon estime qu’il s’agit « d’un gadget dans le débat ». « On sait bien que c’est moins de 1 % des soignants. Je ne crois pas qu’il faille les réintégrer, mais il faut leur proposer quelque chose. D’autant que les populistes s’en servent », ajoute-t-il.

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Covid-19 : « On a décidé de ne plus emmerder les gens avec le port du masque, c’est un manque de courage politique », dénonce Mathias Wargon
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le