Daniel Picouly : « Je suis ce que je suis grâce à l’école »

Daniel Picouly : « Je suis ce que je suis grâce à l’école »

Invité de l’émission « On va plus loin », l’écrivain Daniel Picouly, venu parler de son livre « La victoire du nègre », a rappelé son amour de l’école et de l’enseignement.  
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La nomination du nouveau ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer il y a quelques jours, a été l’occasion pour Sonia Mabrouk, de faire parler de l’école à l’écrivain Daniel Picouly : « Comme il n’y a plus ni gauche, ni droite, on va peut être avoir une école qui va être débarrassée des oripeaux de l’idéologie » s’amuse-t-il tout d’abord.

Quand on l’interroge sur la querelle autour de l’Histoire qui doit être ou non enseignée comme « récit national », l’ancien professeur d’économie est catégorique : « Il n’y a pas à être pour ou contre la promotion du roman national. Il y a toujours un roman national. L’histoire est faite de romans nationaux successifs. C'est-à-dire que le politique a tendance à s’emparer de l’histoire (…) Le roman national, c’est toujours celui des autres. Quand on le critique c’est qu’il ne correspond pas au sien ».

Daniel Picouly n’oublie pas d’intégrer les parents dans le processus de réussite de l’élève : « Les parents ne doivent pas être dépossédés de l’école. Ce qui me paraît très important c’est qu’à la maison, [ils] puissent suivre et aider leurs enfants (…) Un enfant qui ne peut pas demander à son père ou à sa mère de l’aider pour ses devoirs est déjà un enfant en difficulté ou qui doute peut être de l’école et de la transmission ».

L’écrivain, qui a été un cancre, a pourtant adoré l’école : « Je rêvais d’y rester tout le temps (…) On avait en face de nous des gens qui nous aimaient [les professeurs NDLR]. Et je dis souvent à mes élèves « L’école c’est le dernier lieu où vous allez être calottés, mais avec amour. Dehors, vous le serez mais sans amour ». Et tant qu’on sent que la sévérité des gens qui sont en face, est à base d’amour, de respect, d’envie de vous conjuguer au futur, moi ça me va ». «  Je suis ce que je suis grâce à l’école » ajoute-t-il.

OVPL : interview intégrale de daniel Picouly
17:12

Interview intégrale de Daniel Picouly

Dans la même thématique

Daniel Picouly : « Je suis ce que je suis grâce à l’école »
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le