David Sassoli : « Nous demandons que le plan de relance impose des conditions en matière de respect de l’État de droit »

David Sassoli : « Nous demandons que le plan de relance impose des conditions en matière de respect de l’État de droit »

Attaché aux valeurs de l’Union, le président du Parlement européen, David Sassoli, appelle sur le plateau d’Europe Hebdo les chefs d’États européens à conditionner les fonds du plan de relance au respect de l’État de droit.  
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Il faut faire preuve de vigilance et de contrôle ». Le président du Parlement européen, invité exceptionnel de l’émission Europe Hebdo, réaffirme son attachement aux valeurs de l’Union et à la préservation de l’État de droit.
 
Alors que la Hongrie et la Pologne sont depuis plusieurs années dans le viseur de l’Union pour des atteintes à l’État de droit, la crise sanitaire a renforcé les craintes de dérives autoritaires. L’état d’urgence voté en Hongrie avait par exemple accordé des pouvoirs spéciaux au Premier ministre Viktor Orban pour une durée illimitée avant d’être levé le 20 juin dernier.
 
Alors que l’Europe sort tout juste de la crise du coronavirus, l’Allemagne désormais à la tête de l’Union européenne a, par la voix de sa chancelière, alerté contre ces dérives démocratiques : « Une pandémie ne doit jamais constituer un alibi pour évacuer les principes démocratiques. Tous les pays de l’Union européenne se souviennent des grands bouleversements de l’histoire, ils connaissent les luttes pour l’État de droit, et savent à quel point ces droits fondamentaux sont un acquis de l’Europe ».
 

Des fonds conditionnés au respect de l’État de droit

Le président du Parlement européen David Sassoli salue la position prise par Angela Merkel et lance un appel aux autres chefs d’État européens : « J’invite le Conseil à être très clair et à suivre le cap indiqué par la chancelière Merkel ».
 
Le Parlement par la voix de son président demande au Conseil d’agir : « Nous demandons que le plan de relance et que les fonds du cadre financier pluriannuel de l’Union imposent des conditions en matière de respect de l’État de droit. Et de notre côté nous attendons que du côté du Conseil il y ait des indications claires. Pour le Parlement ce serait difficile à accepter de ne pas avoir de règles en matière de respect de l’État de droit. »
 
David Sassoli met en garde : « Un grand nombre de gouvernements devraient faire preuve d’un peu plus de prudence, surtout lorsque l’on parle de valeurs fondamentales. Mais, parmi les 27 États membres de l’Union, lequel pourrait s’en sortir sans l’Union actuellement ? ».
Un rappel de l’importance de l’Union européenne et de son unité, parfois menacée. « On doit tout faire pour rapprocher le Nord et le Sud mais également l’Est et l’Ouest du continent ».
 

Europe Hebdo - Invité exceptionnel, David Sassoli

Emission spéciale avec David Sasoli, président du Parlement européen - Europe hebdo (15/07/2020)
28:39

 

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

David Sassoli : « Nous demandons que le plan de relance impose des conditions en matière de respect de l’État de droit »
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

David Sassoli : « Nous demandons que le plan de relance impose des conditions en matière de respect de l’État de droit »
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le