Dédoublement des classes : « Une mesure qui permet de moins laisser les élèves décrocheurs sur le bord de la route », estime cette institutrice

Le dernier classement Pisa, publié en décembre, révèle une baisse sans précédent du niveau des élèves français. Mais comment relever ce niveau ? Le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les réseaux d’éducation prioritaires a-t-il permis résoudre cette équation ? Interrogée dans l’émission « Dialogue citoyen », Julie Meunier, institutrice de CE1 dans l’Yonne, considère que si cette mesure a des résultats mitigés sur le niveau global des enfants, elle permet en revanche de lutter contre le décrochage de certains élèves.
Axel Dubois

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Un suivi approprié aux particularités de chacun

Dans sa classe, disposées sur les tables, des feuilles d’exercices attendent les enfants partis en récréation. Pendant que l’enseignante se concentrera sur quelques élèves en difficulté, le reste de groupe travaillera en autonomie avec des travaux adaptés à leur niveau : un texte à remplir, quelques mots sur des cartes… Le faible effectif de la classe, quinze élèves, permet à l’institutrice de proposer des exercices personnalisés à chacun. Résultat : « Le dispositif nous permet de mieux faire rentrer dans la lecture des élèves qui autrement n’auraient pas réussi à raccrocher », analyse la jeune femme.

Une analyse que confirme Nicolas Binet. Désormais éducateur spécialisé, le jeune homme de 30 ans a arrêté l’école en première. Intimidé par la classe et manquant de confiance en lui, il n’osait pas alerter les professeurs sur ses difficultés. « Quand on n’a pas le niveau et qu’on patauge, on ne se voit pas dire qu’on n’a pas le niveau … C’est comme ça que j’ai décroché, petit à petit. »

 

Une mesure intéressante mais pas miraculeuse

Pour autant, le dédoublement n’est pas une recette magique, nuance Julie Meunier. « C’est une bonne chose, mais d’un point de vue national, les résultats ne sont pas très significatifs, observe l’enseignante. Je suis incapable de vous dire si l’ensemble de mes quinze élèves progresse davantage. Ce qui joue vraiment sur les progrès, ce sont les changements de pratiques, de manuels, ou de méthodes… » En revanche, un autre bénéfice est à souligner. « Le dédoublement nous permet de mieux vivre la classe », confirme la professeure des écoles. « Je ne voudrais pas revenir en arrière » conclut-elle.

 

Retrouvez l’intégralité de l’émission ici.

Dans la même thématique

Dédoublement des classes : « Une mesure qui permet de moins laisser les élèves décrocheurs sur le bord de la route », estime cette institutrice
5min

Société

Phillipe Diallo, Président de la Fédération Française de Football : « c’est presque un projet de société, une sorte de vivre ensemble, qu’on est amené à diriger »

Le 28 février 2023, après des semaines de crise, Noël Le Graët sous le coup de plusieurs accusations d’harcèlement moral et sexuel, est contraint à la démission. Un an après, la nomination de Philippe Diallo, jusqu’ici vice-président, a-t-elle permis de changer les choses ? Le nouveau président a-t-il mis fin à l’entre-soi dénoncé à l’époque ? Qu’a-t-il mis en place pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes ? Interrogé par Anne-Laure Bonnet sur le plateau de Sport, etc. il revient, sur 12 mois à la tête de la première fédération sportive de France.

Le

Installation dans un champ d’un panneau indiquant Votre alimentation commence ici
7min

Société

Agriculture : qu’est-ce que les « clauses miroirs » que demandent les agriculteurs ?

Le terme revient souvent dans la crise agricole. Les « clauses » et « mesures miroirs », qu’exigent les agriculteurs, sont un moyen d’éviter une concurrence déloyale. L’idée est d’imposer aux pays tiers les mêmes normes environnementales que celles exigées en France et en Europe aux agriculteurs. Si le gouvernement affiche son volontarisme, leur mise en œuvre est complexe et semée d’embûches…

Le

MARIA RESSA : PRESS CONFERENCE AT RSF PARIS
7min

Société

Respect du pluralisme sur CNews : « Il ne s’agit pas d’encadrer la liberté d’expression, mais de faire respecter la loi », assure Christophe Deloire

Après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle du respect du pluralisme par la chaîne CNews, Reporters sans frontières est accusé par les médias du milliardaire Vincent Bolloré de porter atteinte à la liberté d’expression. Après avoir reçu le soutien d’une vingtaine d’avocats, RSF se dit déterminé à vouloir faire appliquer la loi.

Le