Paris : Vote au Senat pour le projet de loi immigration

Des menaces de mort à l’égard de plusieurs personnalités de gauche publiées sur un site d’extrême droite

Lundi dernier, quelques jours après la publication sur un site d’extrême droite d’une liste d’avocats à « éliminer », ce même site, hébergé en Russie, a appelé à tuer plusieurs personnalités de gauche et un avocat. Pour Ian Brossat, sénateur communiste de Paris visé par ces menaces de mort, « tout cela montre le vrai visage de l’extrême droite ».
Camille Gasnier

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le 8 juillet, le site d’extrême droite Réseau libre a publié des menaces de mort visant Ian Brossat, Manuel Bompard, Rachel Kéké et Alexis Corbière. L’avocat Yassine Bouzrou, connu pour avoir défendu la famille de Nahel Merzouk et d’Adama Traoré, est également concerné.

Ces menaces font écho à la publication, la semaine dernière, sur ce même site d’une liste de 98 avocats « à éliminer » en raison de leur engagement contre le Rassemblement national. Éric Dupond-Moretti avait condamné ses menaces en exprimant son soutien sur X/Twitter : « Je condamne avec la plus grande fermeté la publication par un site d’extrême droite d’une liste d’avocats à éliminer. Ceux qui veulent la mort de nos libertés commencent toujours par s’en prendre aux avocats. Je ne les laisserai jamais faire. »

« J’ai l’intention de porter plainte. »

Interrogé sur ce sujet, Ian Brossat, a annoncé qu’il comptait porter plainte : « J’ai l’intention de porter plainte, ce sont des menaces explicites, faites par les mêmes qui ciblaient une centaine d’avocats à qui il était reproché de s’engager contre le Rassemblement national ». C’est également le cas de Yassine Bouzrou, qui a déclaré hier qu’il avait porté plainte auprès du Parquet national antiterroriste. Manuel Bompard a signalé le site à la plateforme Pharos et procédé à un signalement au procureur.

« Tout cela montre le vrai visage de l’extrême droite. »

Selon le sénateur communiste, ces menaces sont en lien avec les résultats des élections du 30 juin et du 7 juillet : « Cette publication est intervenue au lendemain des élections législatives, certains n’ont pas digéré les résultats des urnes, à défaut de gagner pacifiquement, ils s’imaginent qu’ils peuvent perpétrer de tels actes à la place ».

Ian Brossat ajoute que les publications faites par le site Réseau libre « montre le vrai visage de l’extrême droite », en pointant du doigt ceux qui « ont repeint l’extrême droite en une mouvance pacifique et dédiabolisée ». A présent, pour le sénateur communiste, « tout le monde voit bien que ce récit est une fable, l’extrême droite est dangereuse et haineuse ».

Vers « une politique qui permet d’apaiser et de réconcilier les Français »

Pour l’heure, Ian Brossat recommande une pacification du débat public : « Il est grand temps que soit menée dans notre pays une politique qui permettent d’apaiser, de réconcilier les Français, et par ailleurs, il y a besoin d’une réaction beaucoup plus forte vis-à-vis des actes racistes, xénophobes et antisémites ».

Il estime que la responsabilité est commune face à la multiplication des actes violents ces dernières semaines : « Il y a eu des actes, c’est un constat d’échec pour nous tous, il est temps d’en prendre conscience, de tout faire pour mettre hors d’état de nuire ces personnes ».

Sandrine Rousseau et Olivier Faure apportent leur soutien

Sandrine Rousseau a apporté son soutien aux cinq personnes visées. C’est aussi le cas d’Olivier Faure sur X/Twitter : « L’extrême droite n’admet pas sa défaite. Elle appelle désormais au meurtre. Soutien total aux victimes désignées par ces criminels ».

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Des menaces de mort à l’égard de plusieurs personnalités de gauche publiées sur un site d’extrême droite
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le