Dockers : l’autre scandale sanitaire à venir ?

Dockers : l’autre scandale sanitaire à venir ?

Outre des conditions sanitaires préoccupantes, la précarité des dockers est grandissante. Benoite Juneaux, réalisatrice du documentaire « Dockers, vies à l'épreuve » dresse le portrait d’une profession méconnue. 
Public Sénat

Par Pierre Bonte-Joseph

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Benoite Juneaux, réalisatrice du documentaire « Dockers, vies à l'épreuve »nous entraine dans le monde des dockers. Acteurs majeurs de l’économie, ils se confient sur leurs préoccupations, leurs espoirs et leurs inquiétudes quant au devenir des générations futures.

Interview

Etablir une relation de confiance avec les dockers a-t-il été compliqué ?

C’était un long travail d’approche : c’est une corporation qui ne se livre pas facilement. Au fur et a mesure des prises de contact, une confiance a fini par s’instaurer.

A quelles difficultés sont soumis les jeunes dockers qui choisissent cette voie ?

Auparavant, les dockers savaient ce qu’ils déchargeaient contrairement à aujourd’hui. Par ailleurs, les donneurs d’ordre des cargaisons ne sont pas soumis à des normes environnementales européennes, aussi, abusent-ils de conservateurs et de pesticides afin de conserver la marchandise durant le trajet.

L’hommage aux dockers morts des suites d’une contamination à l’amiante est particulièrement émouvant, pouvez-vous nous en parler ?

Lors du tournage de cette séquence, il y avait beaucoup de pudeur et un recueillement profond. Chaque année, à la même date, anciens et jeunes dockers se réunissent et observent une minute de silence. Ils déposent ensuite une gerbe de fleurs à la mémoire des dockers morts des suites d’une contamination à l’amiante.

Des mesures de protection sont-elles désormais à l’œuvre ?

Un potentiel scandale sanitaire est possible si des mesures de protection ne sont pas prises dans les ports français et ceux du monde entier. Avec 68 millions de tonnes de marchandises qui transitent par Le Havre, elles sont plus que nécessaires.

Comment vivent les dockers touchés par un cancer et engagés dans des actions judicaires ?

Ils sont engagés dans des vrais parcours du combattant pour faire reconnaître leur cancer comme maladie professionnelle auprès de la CPAM. Il s’agit en effet d’enjeux financiers considérables, et la décision pourrait faire jurisprudence s’ils gagnaient leur procès.

Cela fait plus de 10 ans que des dockers luttent pour faire reconnaître leur maladie mais pour le moment, aucun d’entre eux n’a remporté de bataille judiciaire.

« Dockers, vies à l'épreuve »: première diffusion samedi 18 février à 21H29

Dans la même thématique

Dockers : l’autre scandale sanitaire à venir ?
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le