Don de sperme : « il faut lever l’anonymat des donneurs » selon le sénateur (LR) Alain Milon

Don de sperme : « il faut lever l’anonymat des donneurs » selon le sénateur (LR) Alain Milon

Alors qu’un Français de 34 ans né d’une insémination artificielle vient de retrouver le nom de son père biologique, Alain Milon, président de la commission des Affaires sociales du Sénat, estime que la France doit lever l’anonymat des donneurs de gamètes dans la loi bioéthique de 2018.
Public Sénat

Par Alexandre Poussart avec les images de Jérôme Rabier

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Il est temps que la France lève l’anonymat des donneurs de gamètes selon le président (Les Républicains) de la commission des affaires sociales du Sénat, Alain Milon. Le sénateur a défendu sa position alors qu’Arthur Kermalvezen, un Français de 34 ans, né d’une insémination artificielle, vient de retrouver le nom de son père biologique.

« La levée de l’anonymat ne fera pas baisser le nombre de donneurs »

"La levée de l'anonymat des dons de sperme n'a pas fait baisser le nombre de donneurs" selon le sénateur Alain Milon
00:41

Pour Alain Milon, l’expérience des pays où l’anonymat des donneurs de gamètes a été levée (comme l’Allemagne, la Suède, la Suisse, les Pays-Bas et le Royaume-Uni) « montre que cette levée n’a pas fait baisser à long-terme le nombre de dons, ce qui est la crainte des opposants à ce progrès. Nous observons que l’âge des donneurs a changé : avec un don anonyme, les donneurs sont jeunes, mais lorsque l’anonymat est levé, les donneurs sont plus âgés (entre 35 et 40 ans). Le don est alors plus réfléchi. »

Respecter le droit de connaître ses origines

« Quand on donne la vie, on doit respecter celui à qui on l’a donnée », estime Alain Milon. « Respecter le droit de connaître ses origines ne veut pas dire reconnaître l’enfant. Si on veut être anonyme, on ne devient pas donneur. »

Une nouvelle loi bioéthique en 2018

Lors du débat sur la loi sur la bioéthique de 2011, la commission des Affaires sociales du Sénat avait défendu la levée de l’anonymat du don, en phase avec la ministre de la Santé de l’époque, Roselyne Bachelot. Mais le vote du Parlement avait rejeté cette mesure. L’actuel gouvernement a récemment lancé les Etats généraux de la bioéthique pour préparer la future loi bioéthique de 2018 qui mettra en débat l’ouverture de la procréation médicale assistée à toutes, et le droit à la connaissance de ses origines. « En 6 ans, l’opinion publique a évolué sur tous ces sujets », estime Alain Milon.

Dans la même thématique

Don de sperme : « il faut lever l’anonymat des donneurs » selon le sénateur (LR) Alain Milon
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le