Droits de l’enfant : le groupe communiste du Sénat demande la mise en place d’une délégation parlementaire

Droits de l’enfant : le groupe communiste du Sénat demande la mise en place d’une délégation parlementaire

Déjà mise en place à l’Assemblée nationale depuis le début de la législature, une délégation parlementaire aux droits de l’enfant pourrait voir le jour au Sénat. Le groupe CRCE (communiste républicain citoyen et écologiste) en a fait la demande. 
Simon Barbarit

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

En septembre dernier, aux journées parlementaires du PC, la présidente du groupe CRCE au Sénat, Éliane Assassi n’avait pas caché sa satisfaction de voir naître au Palais Bourbon, une délégation parlementaire aux droits de l’enfant. Une délégation qu’elle souhaitait voir émerger également au Palais du Luxembourg.

Le groupe communiste a joint le geste à la parole en déposant une proposition de loi « tendant à la création de délégations parlementaires aux droits des enfants ». Le texte demande la mise en place de cette délégation au Sénat mais aussi à l’Assemblée nationale.

Rappelons qu’à l’Assemblée nationale, depuis le 13 septembre, sur proposition de sa présidente Yaël Braun-Pivet (Renaissance, majorité présidentielle), une délégation aux droits de l’enfant a déjà été créée.

Dans un texte publié sur le site du groupe CRCE, Éliane Assassi explique : « Sous notre impulsion, ce texte a été examiné au Sénat et a malheureusement été rejeté le 20 novembre 2019 ». Pour autant, l’Assemblée nationale a décidé, le 13 septembre 2022, la création d’une délégation aux droits de l’enfant à l’Assemblée nationale. Nous vous proposons de reprendre l’initiative de sa création au Sénat ».

Les délégations parlementaires sont dotées d’une capacité d’expertise autonome par rapport au gouvernement. « L’objectif du Parlement est de pouvoir prendre du recul face à un flux considérable et croissant de textes législatifs. Il est aussi de pouvoir anticiper certaines évolutions », peut-on lire sur le site du Sénat.

A la Haute assemblée, il existe six délégations parlementaires, aux droits des femmes, aux entreprises, à la prospective, aux renseignements, aux collectivités territoriales, et aux outre-mer.

A l’Assemblée, la délégation aux droits de l’enfant se penchera sur des sujets en lien avec le droit de l’enfant tel que l’aide sociale à l’enfance, les violences intrafamiliales, l’inceste, le harcèlement scolaire ou encore l’accès à la pornographie. Sur ce dernier point, la délégation aux droits des femmes du Sénat a remis un rapport à la fin du mois de septembre.

A noter que le sénateur RDPI, Xavier Iacovelli a également déposé une proposition de loi destinée à créer une délégation parlementaire aux droits de l’enfant qui sera examinée le 8 décembre prochain.

 

 

Dans la même thématique

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le

Paris : International women s rights day
4min

Société

#Metoo : 150 personnalités réclament une « loi intégrale contre les violences sexuelles »

Ce mardi, Le Monde publie la tribune de près de 150 personnalités, notamment des actrices, appellent à la mise en place d’un ambitieux plan de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Un appel lancé alors qu’Emmanuel Macron a ouvert la voie à une évolution de la définition juridique du viol, pour y intégrer la notion de consentement. La présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes réclame de son côté une meilleure formation de la police et de la justice.

Le