Ecole, 40 ans de réformes au service de l’enfant ?

Ecole, 40 ans de réformes au service de l’enfant ?

Dire que l'école n'a pas changé, est une erreur. De la mise en place de la mixité, à l'apprentissage des langues étrangères dés la primaire, en passant par d'incessantes modifications des rythmes scolaires, retour sur 40 ans de réformes en images.
Public Sénat

Par Béatrix Moreau

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les salles de classe ne sont plus tout à fait les mêmes après mai 68. Filles et garçons se les partagent désormais, l’école publique est devenue mixte. La réforme ne plaît à tout le monde, les suivantes non plus. En 1979, l’apprentissage de la lecture est au cœur d’une controverse où la méthode globale affronte la méthode syllabique. Une véritable guerre pédagogique éclate, qui dure encore.

"Les profs de gauche au povoir en 1981"
Avec l'arrivée de la gauche au pouvoir, la question de l'éducation devient centrale. Dès l’élection de François Mitterrand en 1981, les zones prioritaires d’éducations sont créées, l’égalité des chances se substitue à l’égalité de traitement. Quelques années plus tard cet idéal égalitaire va trouver ses limites. En 1984, Alain Savary, ministre de l’Education Nationale, propose de mettre en place un grand service public unifié et laic. Le projet ne passe pas auprès d’une partie de la population attachée à « l’école libre »  et à l’enseignement privé. Le mouvement de contestation est de très grande ampleur, plusieurs millions de manifestants envahissent les rues en juin 1984. Le projet est enterré en même temps que le gouvernement de Pierre Mauroy, ce qui n’empêche pas la gauche de s’emparer à nouveau du sujet en 1989.

Les ryhtmes scolaires dans la peau
Lionel Jospin prend la tête de l’Education Nationale, devenue le premier budget de l’Etat. Dépensier mais aussi réformateur, le ministre modifie largement le système éducatif français avec la loi d’orientation. Celle-ci dispose notamment que « l’élève, ou l’étudiant, doit être acteur de sa propre orientation et non la subir ». Il créée les IUFM, (instituts de formation des maîtres), et propose un apprentissage des savoirs par cycles plutôt que par niveaux, et déjà il réduit la semaine des écoliers.

Le dossier des ryhtmes scolaires va alors devenir une obsession. En 2008 Xavier Darcos, alors ministre de l’Education Nationale du gouvernement de François Fillon, décide qu'il faut renforcer l'apprentissage des savoire fondamentaux et rabote encore un peu plus le temps d'apprentissage des enfants.Dernière réforme, et pas des moindres celle initiée par Vincent Peillon en 2013, avec l'instauration de la semaine de quatre jours et demi, avant un nouveau changement en 2017 ?

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

Ecole, 40 ans de réformes au service de l’enfant ?
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Ecole, 40 ans de réformes au service de l’enfant ?
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le