Écologie, accessoire politique par temps de campagne ?

Écologie, accessoire politique par temps de campagne ?

Alors que les pics de pollution atteignent des taux record dans les grandes villes, l’écologie semble en recul dans le discours politique. Grande absente du débat lors des primaires des Républicains, la question environnementale est-elle cependant une des clefs de l’élection présidentielle ou au contraire peut-on être élu à l’Elysée sans être un écologiste convaincu ? Comment les politiques abordent l’écologie en temps électoral ? Déshabillons-les revient sur le refroidissement politique du discours écologique.
Public Sénat

Par Estelle Ndjandjo

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Candidat fraichement déclaré à la primaire citoyenne du Parti Socialiste, Manuel Valls cite soudain l’écologie en tête de ses objectifs. Pourtant l’ancien Premier ministre semblait, comme le souligne Corinne Lepage, d’avantage connu pour ses positions autoritaires, notamment autour de la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Pour cette ancienne ministre de l’environnement de Jacques Chirac, Manuel Valls est inconstant sur les sujets environnementaux : « Il cherche à s’attribuer le mérite de la COP21 pour le bien de sa campagne. C’est un productiviste qui n’a pas de sensibilité écologiste ».

Fillon, la fibre du nucléaire

Un autre ancien locataire de Matignon s’est lui aussi montré réticent face aux politiques écologiques dîtes « punitives ». Pour Daniel Boy, politologue au Cevipof et spécialiste des écologistes, François Fillon n’est pas un fervent supporter de l’environnement. Il explique : « J’ai lu son programme, il y a là des convictions anti-écologistes affirmées. Son socle, c’est le nucléaire et c’est pour lui intouchable ».

Le principe de précaution mis en place dans la constitution en 2005, à l’initiative de Jacques Chirac ne fait pas l’unanimité au sein de la droite. Et selon Daniel Boy, ce malaise n’est pas nouveau chez les Républicains, « à l’époque la majorité des parlementaires de droite y étaient complètement opposés. Ça a été un coup de force de Jacques Chirac. La droite n’a jamais été convaincue par le principe de précaution ».

Le climato-scepticisme à l’américaine

Et si être « anti-écolo » était un moyen de réaffirmer sa différence avec la gauche ?  
Aux États-Unis en tout cas, l’« écolo-bashing » semble être devenu un sport apprécié des candidats républicains. Donald Trump, le président-élu en tête.
Climato-sceptique assumé, il a à plusieurs reprises remis en question le réchauffement climatique, allant même jusqu’à affirmer vouloir annuler les accords signés à Paris, en 2015, lors de la COP21.

Pour le politologue Jérôme Sainte-Marie, ce discours s’inscrit dans une logique électoraliste, « Donald Trump a remporté des voix dans des États où il y a des problèmes d’emplois dus à la baisse de l’activité minière ». Un discours récemment nuancé par Donald Trump qui s’est entretenu avec le prix Nobel de la paix et écologiste reconnu, Al Gore.

En cette fin 2016 et à la veille d’une campagne présidentielle, climato-scepticisme et remise en question du principe de précaution semblent donc annoncer une nouvelle ère. L’écologie ne serait pas un outil très efficace en période électorale. C’est ce que souligne Daniel Boy : « L’écologie ne représente que 5% des préoccupations des français ».

Retrouvez Déshabillons-les samedi 10 décembre 2016 à 15h.

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

Écologie, accessoire politique par temps de campagne ?
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Écologie, accessoire politique par temps de campagne ?
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le