Emouna : dialogue interreligieux, échanges et incompréhensions

Emouna : dialogue interreligieux, échanges et incompréhensions

« Emouna », cursus inédit des formations de Sciences Po, s’est donné pour objectif de participer au dialogue interreligieux. Créé en 2016, en réaction aux attentats terroristes, des responsables de cultes de tous horizons ont suivi ce parcours sans précédent avec l’ambition partagée du vivre-ensemble. Au programme de ce parcours : œcuménisme, laïcité ou encore bioéthique.
Public Sénat

Par Louis-Marie Le Béon

Temps de lecture :

3 min

Publié le

C’est sur les bancs de l’Institut d’Études Politiques de Paris que se côtoient pour la première fois imams, prêtres, rabbins et responsables religieux de tous bords dans l’idée de pouvoir penser ensemble les rapports avec la République. Ainsi, dans les couloirs du prestigieux institut parisien, les cols romains et les kippas se confondent le temps d’une formation, avec les pantalons et baskets des étudiants sciencepistes.

 

Penser Dieu et la République

Penser un rapport c’est d’abord le définir ; ce qui est loin d’être un exercice facile. Le temps de la formation, ces étudiants atypiques sont invités à dessiner à grands traits ce qui constitue leur foi afin de pouvoir l’expliquer aux autres, exercice d’autant plus compliqué qu’il se heurte parfois aux barrières des concepts et de la langue. C’est cet obstacle que le théologien Dennis Gira, spécialiste américain du bouddhisme, expose avec humour à l’auditoire : « Le Bouddha n’a en fait jamais dit que tout est souffrance. Et pourquoi ne l’a-t-il jamais dit ? Eh bien pour une raison simple et fondamentale : il n’était pas français. Le Bouddha a dit « tout est dukkha ». Et maintenant vous vous demandez ce que ça veut dire. Et c’est ça le point de départ pour comprendre toute religion. […] Car sinon, nous réinterprétons l’autre en fonction de nous-mêmes, et ça c’est mortel ! Il faut avoir l’humilité de faire ce travail d’écoute de l’autre. »

Religions : " Nous réinterprétons l’autre en fonction de nous-mêmes, et ça c’est mortel ! "
01:21

Le débat d’idées à l’épreuve du réel

Progressant dans le séminaire, les participants sont rapidement confrontés aux questions qui animent le débat public et agitent les communautés religieuses. De la présence de femmes dans les rangs des responsables du culte, aux risques du transhumanisme, en passant par la très centrale question de la laïcité : quelle place pour les croyants ?

C’est notamment autour d’un dialogue sur le début de la vie que les différences conceptuelles prennent forme. « Un embryon n’est pas encore un bébé jusqu’à, selon les traditions : la naissance. Et même un mois après la naissance, pour d’autres traditions. » explique ainsi Mathias Elasri, étudiant rabbin, aux participants interloqués, « c’est-à-dire que dans une situation où tu as à choisir entre la mère et l’enfant, systématiquement on va choisir la mère. Ce qui veut dire que dans le cas où un enfant meurt avant un mois, il n’y a pas d’enterrement. ». Démonstration qu’entendent ses camarades mais semblent encore demeurer loin de leur champ de compréhension. L’un d’eux murmure ainsi : « je comprends la logique mais en même, psychologiquement c’est… Wow ».

Quand se situe le début de la vie ? Les réponses des religions diffèrent...
01:16

C’est avec un certain sens du symbole que cette première promotion du cursus « Emouna » se conclut : complices pour certains et rompant le pain : « nous mettre tous ensemble dans une pièce, c’est déjà un moment d’apprentissage. C’est quelque chose qui moi m’a poussé dans mes retranchements plus d’une fois. ». Ainsi, par cette acceptation de l’écoute et du questionnement, les participants posent les fondations du vivre ensemble.

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

Emouna : dialogue interreligieux, échanges et incompréhensions
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Emouna : dialogue interreligieux, échanges et incompréhensions
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le