En 2018, plus de 3500 étudiants en France portent un projet d’entreprise

En 2018, plus de 3500 étudiants en France portent un projet d’entreprise

3576 étudiants sont des entrepreneurs et un statut leur est même dévolu depuis 2014. Une tendance de fond, qui n'est pas synonyme de réussite. Rencontre avec Viktor à Lille qui a imaginé un collier connecté pour vaches.
Public Sénat

Par Adrien BAGET

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Parfois la périphérie de Lille prend des aires de Silicon Valley. L’incubateur d’entreprise de la faculté de Lille permet à de jeunes diplômés de fonder leur propre entreprise. Viktor Toldov est l’un d’entre eux. Étudiant franco-russe de 27 ans, Viktor diplômé en télécommunications s'est lancé dans l’aventure alors qu’il préparait son doctorat sur les objets connectés : « jamais je n'aurais imaginé il y a 10 ans de créer une entreprise en France mon cursus m'a offert des opportunités grâce ». Une vie de jeune patron qui demande des sacrifices : «  le manque de temps, de sommeil et pas beaucoup de loisirs pour soi (…) si j'avais choisi d’être salarié je pourrais rentrer à la maison plus tôt et avoir un meilleur salaire ».

photo_mvco_jeunes_patrons.jpg

L’aventure Lituus

Déposer des statuts, poser des appels d’offres, analyser la viabilité du projet… le travail ne manque pas pour Viktor et Roman son associé qui ont crée leur entreprise " Lituus". Il s’agit de développer sur le marché agricole des colliers électroniques pour les vaches, ce qui permettrait aux agriculteurs de surveiller à distance les comportements de leurs bêtes et leur santé. Dans leur projet, Ils sont aidés par les différents professeurs de l’incubateur de Lille, une aide indispensable selon eux quand on part de zéro : « Pour l'accès aux réseaux et connaître les bonnes personnes dans ce domaine et être mis en relation ». Pour David Caron chargé d’affaires au sein de l‘incubateur de l’université de Lille, « Que le projet d’entreprise se concrétise ou non, cela ne sera pas un échec (…), car pour la personne qui s’est lancée dans l’aventure ce n’est que du positif qui pourra être valorisé par la suite sur un circuit du monde du travail plus traditionnel ». Seul l’avenir dira s’ils ont réussi ou non, en attendant ils espèrent continuer à développer leur projet et à embaucher six personnes d’ici la fin de l’année.

Dans la même thématique

MARIA RESSA : PRESS CONFERENCE AT RSF PARIS
7min

Société

Respect du pluralisme sur CNews : « Il ne s’agit pas d’encadrer la liberté d’expression, mais de faire respecter la loi », assure Christophe Deloire

Après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle du respect du pluralisme par la chaîne CNews, Reporters sans frontières est accusé par les médias du milliardaire Vincent Bolloré de porter atteinte à la liberté d’expression. Après avoir reçu le soutien d’une vingtaine d’avocats, RSF se dit déterminé à vouloir faire appliquer la loi.

Le

En 2018, plus de 3500 étudiants en France portent un projet d’entreprise
5min

Société

« Mon grand-père a toujours pensé qu'il devait sa vie au fait que Manouchian n'avait pas parlé sous la torture », raconte Pierre Ouzoulias

Petit-fils d’un militant communiste qui a combattu avec Missak Manouchian, le sénateur Pierre Ouzoulias estime que la panthéonisation de ce résistant fusillé par les Allemands scelle « la réconciliation » des Résistances communistes et gaullistes autour de « la vocation fortement universelle et universaliste de la France ».

Le

permis
8min

Société

Permis de conduire : le projet de loi européen visant à mettre fin au permis à vie cristallise les tensions

Un projet de loi européen, qui sera soumis au vote du Parlement fin février et porté par la députée européenne écologiste française Karima Delli, propose de modifier la directive européenne sur la durée de validité du permis de conduire en fixant notamment une visite médicale obligatoire à l’obtention du permis, puis tous les 15 ans. A partir de 70 ans en revanche, la mesure est renforcée par un contrôle tous les 5 ans. Objectif ? « Zéro mort » sur les routes à l’horizon 2050.

Le

Paris 2024 Girl practicing sports in front of the Paris Town Hall
9min

Société

Ethique dans le sport : « Il faut se donner des ambitions budgétaires et politiques » demande Marie-George Buffet

Violences sexistes et sexuelles (VSS), discriminations, scandales de corruption, affrontements entre supporters. Ces dernières années, le monde sportif n’a pas été épargné par les scandales à répétition. Interrogés par les sénateurs, Marie-George Buffet et Stéphane Diagana, co-présidents du comité national pour renforcer l’éthique et la vie démocratique dans le sport, ont souligné l’importance de se donner des « ambitions budgétaires et politiques ».

Le