En Suisse, l’ouverture des remontées mécaniques, n’a pas eu l’effet escompté

En Suisse, l’ouverture des remontées mécaniques, n’a pas eu l’effet escompté

Mars 2020, 6 000 touristes européens sont contaminés par le covid-19 dans la station autrichienne de Ischgl. Pour limiter les risques la France comme l’Allemagne ont préféré à Noël fermer les remontées mécaniques, mais pas l’Autriche. Malgré les risques cette saison, chaque pays a édicté ses propres règles, au risque de susciter des incompréhensions.
Public Sénat

Par Marie Brémeau

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Si vous vous rendez cet hiver dans les stations de ski autrichiennes, vous pourrez emprunter un télésiège ou monter dans une télécabine, certes avec une jauge limitée et avec un masque, et ainsi descendre « tout schuss » les pistes enneigées. Mais pour les à-côtés, vous ne serez pas gâtés, les hôtels, bars et restaurants sont eux bel et bien fermés.

La France, elle, a choisi une autre option, ses remontées mécaniques restent à l’arrêt, pas question donc d’envisager le ski alpin, mais les hôtels peuvent héberger les touristes.

« Personne n’a osé tout ouvrir »

D’un pays à l’autre en Europe, les gouvernements ont tous chercher l’équilibre entre la vie économique des vallées montagnardes et les impératifs sanitaires imposés par la lutte contre pandémie de Coronavirus, relate Dominique Riquet, eurodéputé Renew Europe et médecin de profession : « On voit bien qu’en réalité il n’y a pas des pays qui ont ouvert les stations et d’autres qui les ont fermées. Il y a des pays qui ont fait le choix du sportif et d’autres du social. Mais dans tous les cas, on sait que si on ouvre tout, on va avoir des problèmes des clusters, on sait que ce sont des lieux d’activités festives. Et d’ailleurs cela reste des clusters potentiels internationaux. Donc je crois que personne n’a osé tout ouvrir. »

En Suisse, un public surtout local

La Suisse, hors de l’Union européenne, n’a pas choisi de retarder l’ouverture de la saison, quitte à s’attirer les foudres de ses voisins transalpins, l’Allemagne et la France en tête. Mais quelques semaines après l’accueil de premiers skieurs, le bilan est mitigé. C’est le constat dressé par Philippe Nantermod, Conseiller National suisse : « On s’est aperçu qu’a priori l’ouverture des remontées mécaniques n’a pas provoqué l’explosion du nombre de cas, mais n‘a pas non plus l’effet attendu d’un point de vue économique, car si les remontées mécaniques étaient ouvertes, ce n’était pas le cas en tout cas durant la seconde partie des vacances de Noël des restaurants d’altitude qui étaient fermés, ce qui implique une situation compliquée. Il n’y avait pas de toilettes sur les domaines skiables, ce qui peut freiner certains skieurs. » L’élu suisse qui vit à Morgins, sur le domaine des portes du soleil mais côté suisse, conclut donc qu’« en l’absence de services, il n’y avait finalement que des skieurs très aguerris et l’offre s’est adressée essentiellement à un public suisse. »

Une émission à revoir sur notre espace Replay

Dans la même thématique

En Suisse, l’ouverture des remontées mécaniques, n’a pas eu l’effet escompté
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

En Suisse, l’ouverture des remontées mécaniques, n’a pas eu l’effet escompté
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le