Entre histoire et philosophie, discussion autour de l’illustration de la tyrannie avec Anne Sinclair et Antoine Compagnon

Entre histoire et philosophie, discussion autour de l’illustration de la tyrannie avec Anne Sinclair et Antoine Compagnon

Mais quoi de commun entre ces deux livres ? Le premier (« La rafle des otages ». Ed. Grasset) relate un épisode oublié de la Dernière Guerre. Celui du camp nazi de Compiègne  - le camp de Royallieu – à « seulement 70 km de Paris » précise son auteure, la journaliste Anne Sinclair. Le second (« Un été avec Pascal » Ed. Équateur/ Parallèles/ France Inter) nous fait redécouvrir Pascal sous la plume d’Antoine Compagnon, professeur au Collège de France.
Public Sénat

Par Pierre-Henri Gergonne

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le point commun ? Sans doute l’illustration de la tyrannie, thème majeur de la réflexion de l’auteur des « Pensées » et des « Provinciales ». « La notion de tyrannie, explique Antoine Compagnon est une notion fondamentale dans les « Pensées » de Pascal. La tyrannie selon lui c’est exercer son pouvoir dans un autre domaine que celui de sa propre juridiction. C’est donc abuser du pouvoir ».
Une analyse forgée au cœur du XVIIème siècle, ce siècle qui voyait l’affrontement sur le terrain religieux des Jansénistes et des Jésuites, et qui fait raisonner des siècles plus tard le tragique épisode du camp de Royallieu.

« Dès décembre 1941, raconte Anne Sinclair, eu lieu la première rafle de juifs de France – des Français juifs – et la création, dans d’anciennes casernes, du premier camp nazi, c’est-à-dire administré par les nazis. Le tout à Compiègne à 70 km de Paris. Ce camp avait tous les attributs des camps nazis, à l’exception des chambres à gaz et des fours crématoires.  Le but était de faire mourir ses occupants de mauvais traitements ». Et dans cette histoire, Léonce Schwartz, le grand-père de l’auteure. « Une ombre qui traverse le récit, souligne Anne Sinclair. Une sorte de guide pour les 743 captifs auxquels s’ajouteront 300 prisonniers venant du camp de Drancy. Léonce Schwartz comme les autres ont été traités comme on n’aurait pas traité du bétail ».

Et Pascal, là encore, fait entendre sa voix au-delà des siècles. « Le Mal c’est la condition de l’Homme. Mais, précise Antoine Compagnon, Pascal veut toujours nous montrer que même dans la pire des situations, nous avons une lueur de notre première nature. Nous pouvons encore chercher le bien même si nous sommes corrompus par le Péché Originel qui est pour Pascal une notion essentielle car il définit l’Homme ». « Et de la misère de l’Homme sans Dieu », glisse Anne Sinclair.

Dans la même thématique

Entre histoire et philosophie, discussion autour de l’illustration de la tyrannie avec Anne Sinclair et Antoine Compagnon
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le