Évacuation de la ZAD de Bure : un dossier loin d’être enfoui

Évacuation de la ZAD de Bure : un dossier loin d’être enfoui

Il n’y aura pas de nouvelle ZAD. C’est le message que le gouvernement veut faire entendre en évacuant les opposants au projet controversé d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure. Au Sénat, Nicolas Hulot l’avait qualifié « de moins mauvaises » des solutions. À l'Assemblée cet après-midi, il déclare « qu'aucune solution n'a été actée jusqu'à présent ».
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

« Nous ne voulons plus qu’il y ait de lieux de non-droit en France » (…) « Tout se passe bien sur Bure » Le ministre de l’Intérieur s’est félicité du bon déroulement de l’évacuation du bois Lejuc dans la Meuse, site du projet Cigéo destiné à l’enfouissement de 85 000 mètres cubes de déchets nucléaires à haute activité et à vie longue.

Décidée « en fin de semaine dernière », l’opération a rassemblé 500 gendarmes sur le site de 221 hectares. « De notre côté, nous en avons été informés hier soir » précise Franck Menonville, sénateur RDSE de la Meuse. Et c’est d’ailleurs Frank Menonville qui avait mis les pieds dans le plat lors des questions au gouvernement le  9 novembre dernier. « Monsieur le Premier ministre, êtes-vous déterminé, sur ce sujet aussi sensible, à faire respecter les engagements de l’État ? »

« Il n’y a pas de solution miracle à un problème aussi complexe »

C’est le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, qui lui avait répondu.

« Pour être très sincère avec vous, cette solution n’est pas entièrement satisfaisante, mais, disons que c’est la moins mauvaise. Et pour vous dire le fond de ma pensée, je pense qu’il n’y a malheureusement pas de solution miracle à un problème aussi complexe. Mon choix sur la question des déchets, ce n’est en aucun cas celui de la brutalité. C’est pourquoi, la concertation est la clé. L’autorisation du projet de Cigéo n’interviendra pas avant 2022, après une enquête publique, un avis des collectivités locales concernées, un avis du Parlement, un avis de la commission nationale d’évaluation et bien entendu après une instruction conduite par l’Autorité de sûreté nucléaire ».

Nicole Hulot: "bure, la moins mauvaises des solutions"
02:10

Depuis, une photo Nicolas Hulot, posant avec une pancarte « Cigéo, Bure, je dis non » datée de 2016, est diffusée sur les réseaux sociaux, par les opposants au projet. Cette photo a d'ailleurs été brandie par la députée de la France Insoumise, Mathilde Panot, ce jeudi. «Je ne vous reconnais plus » l'a-t-elle interpellé. «Je ne peux pas les faire disparaître par enchantement. Donc je vais regarder la moins mauvaise solution »  lui a répondu le ministre, assurant « qu'aucune solution n'a été actée jusqu'à présent »..

« Une réaffirmation de l’ordre républicain » pour le sénateur Franck Menonville

L’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron signe « la fin du flou artistique » du quinquennat précédent, selon Frank Menonville. « Il y a un changement de paradigme et une réaffirmation de l’ordre républicain » se félicite-il, ce jeudi.« Ça n’a rien d’extraordinaire » estime au contraire Gérard Longuet, sénateur LR la Meuse, président de l’office parlementaire des choix scientifiques et technologiques, et fervent défenseur du projet. « L’exécutif n’a fait qu’évacuer un post de garde où des opposants vivaient sur une propriété privée, dans des conditions, il faut le dire, assez misérables » tempère-t-il.

« Un projet aberrant et inutile » pour Michèle Rivasi

Pour l’eurodéputée écologiste, Michèle Rivasi, difficile de voir dans cette évacuation  matinale d’une dizaine d’opposants,  autre chose que le contrecoup de Notre Dame des Landes. « On sent bien que c’est la suite logique. Le président de la république ne veut pas d’une nouvelle occupation. Car, s’il n’y avait pas eu cette mobilisation à Notre Dame des Landes, l’aéroport serait construit » estime celle « qui ne peut qu’encourager les courageux citoyens mobilisés à Bure  contre un projet aberrant et inutile ». Les déchets seront censés être enfouis dans un sol argileux à 500 mètres sous terre,  pour un coût estimé à au moins 25 milliards d’euros.

La députée européenne s’appuie sur les exemples étrangers de projets similaires, principalement  celui basé au Nouveau Mexique, aux États-Unis dénommé WIPP ( Waste Isolation Pilot Plant). « Il y a eu deux incendies successifs en sous-sol qui ont provoqué la contamination en surface de 21 ouvriers. Du Plutonium et de l'Américium se sont échappés à des kilomètres et ont contaminé toute l'installation souterraine. À Asse en Allemagne, les fûts baignent dans l'eau. Même en Suède, la justice a donné un avis défavorable au projet d'enfouissement dans le granite » s’alarme-t-elle.

Le risque des déchets bitumineux 

Le mois dernier, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait émis des réserves concernant l’enfouissement des déchets bitumineux, très inflammables et qui représentent 18% de ce qui doit être enfoui. Gérard Longuet a estimé sur France 3 « que la solution était très simple. « On va traiter les colis avant de les stocker. La science et l’industrie sont là pour régler les problèmes. Pas de panique ». Une solution également privilégiée par l’ASN.

Dans la même thématique

Évacuation de la ZAD de Bure : un dossier loin d’être enfoui
2min

Société

Audition de Judith Godrèche : « C’était important qu’on l’entende et qu’on voit comment on peut mieux agir pour protéger les enfants »

Après l’audition de Judith Godrèche, la présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat, Dominique Vérien a rappelé que la loi de 2021, visant à protéger les jeunes mineurs des crimes sexuels permet aux mineurs de moins de 15 ans de ne pas avoir à prouver les éléments constitutifs d’un viol.

Le

Évacuation de la ZAD de Bure : un dossier loin d’être enfoui
2min

Société

Violences sexuelles dans le cinéma : Judith Godrèche demande aux sénateurs de mettre en place une commission d’enquête

Auditionnée par la délégation aux droits des femmes du Sénat, l’actrice Judith Godrèche a demandé la mise en place d’une commission d’enquête sur les violences sexuelles et sexistes dans le cinéma. Judith Godrèche a porté plainte contre le réalisateur Benoît Jacquot pour viols avec violences sur mineur de moins de 15 ans, puis pour viol sur mineur à l’encontre du cinéaste Jacques Doillon. Son témoignage a déclenché la prise de parole d’autres actrices.

Le

49th Cesar Film Awards – Dinner Photocall
7min

Société

Violences sexuelles dans le cinéma : que faut-il retenir de l'audition de Judith Godrèche au Sénat?

Ce jeudi 29 février, Judith Godrèche a été auditionnée par la délégation sénatoriale aux droits des femmes. En dénonçant l’emprise et les violences sexuelles dont elle a été victime enfant, l’actrice a récemment déclenché une nouvelle vague de libération de la parole dans le cinéma français. Retrouvez tous les temps forts de son audition.

Le