Féminicides : « Ce qui est dramatique, c’est qu’on sait que ces meurtres auraient pu être évités »

Féminicides : « Ce qui est dramatique, c’est qu’on sait que ces meurtres auraient pu être évités »

Invitée de l’émission « On va plus loin », Céline Piques, porte-parole d’Osez le Féminisme ! demande plus de moyens pour lutter contre les violences faites aux femmes et « une vraie volonté politique ».
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

En France, 71 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint depuis janvier dernier. Ce qui fait une femme tuée tous les 2/3 jours.

Céline Piques, porte-parole d’Osez le Féminisme !, souligne sur le plateau d’ « On va plus loin » que le pire est que « ce nombre augmente » : « Ce qui est dramatique, c’est qu’on sait que ces meurtres auraient pu être évités. Évités si l’arsenal policier et judiciaire était effectivement en place. Il y a des défaillances graves dans la prise de plaintes comme dans les instructions qui sont faites (…) Nous demandons une vraie volonté politique avec une vraie volonté impulsée par le ministère de l’Intérieur comme le ministère de la Justice. »

Alors que la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a annoncé lundi 1er juillet souhaiter la généralisation des bracelets électroniques dans la lutte des violences conjugales, la porte-parole d’Osez le Féminisme ! attend surtout des moyens : « On salue toutes les mesures qui sont prises mais les mesures qui sont annoncées sont assez timides. La grande cause du quinquennat a été lancée par Emmanuel Macron, dès son quinquennat, en juin 2017, c’est-à-dire il y a deux ans. Et il y a deux ans qu’est-ce qu’on demandait déjà ? Des moyens (…) Aujourd’hui, on a une grande cause nationale sans budget dédié. »

 

 

Si vous êtes victimes de violences conjugales ou une personne de votre entourage, vous pouvez appeler le 39 19.

 

Vous pouvez voir et revoir cet entretien, en intégralité :

OVPL. Entretien avec Céline Piques, porte-parole d’Osez le Féminisme ! (en intégralité)
07:27

Dans la même thématique

Féminicides : « Ce qui est dramatique, c’est qu’on sait que ces meurtres auraient pu être évités »
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le