Femmes de ménage : balayer le mépris sur les planches

Femmes de ménage : balayer le mépris sur les planches

Elles s’appellent Helena, Foulematou ou Fatmata. Elles ont fui la Guinée, le Congo ou la Sierra Leone. Elles sont femmes de ménage. Pour sensibiliser le grand public sur la difficulté morale et physique de ce travail, elles ont accepté de participer à une pièce de théâtre et d’y jouer leur propre rôle. Sous l’œil de Guillaume Estivie, ces « Femmes de méninges » s’expriment sur le mépris qu’elles perçoivent et la fierté qu’elles ont de travailler.
Public Sénat

Par Jeanne Paturaud

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Elles effectuent chaque jour plusieurs kilomètres et arpentent les halls, les escaliers pour veiller à la propreté des lieux communs. Souvent dans l’indifférence, parfois dans le mépris.

« Il faut être courageux pour supporter tout ce mépris »

Il y a celle qui a fui la guerre, celle qui a demandé l’asile politique ou celle qui, en France, se faisait maltraiter par son père. Chaque matin, elles prennent leur balai et s’échinent à nettoyer une saleté souvent dégradante.

« On nettoie la merde des autres, c’est ça le ménage », résume Héléna. Élevée par un père violent qui l’empêchait certains jours d’aller à l’école, elle confie avoir d’abord souhaité être vendeuse avant d’effectuer ce travail, « mais quand tu n’es pas instruit, tu ne peux pas faire un autre métier que ça ».

L’instruction, certaines de ces femmes l’ont pourtant reçue, mais dans leur pays d’origine. C’est le cas de Geneviève qui a demandé l’asile politique pour fuir le Congo. « On fait le ménage en France parce qu’on ne peut pas faire ce qu’on a appris », regrette cette ancienne instructrice avant de poursuivre : « je ne suis plus dans la salle de classe pour enseigner mais pour la nettoyer ».

Un métier qui leur vaut pourtant d’être dénigrés. Parce qu’il est « femme de ménage », Blaise, un des seuls participants masculins à ce projet, confesse être souvent pris de haut : « on ne m’a pas insulté mais tout se passe dans le regard ».

Quelques participantes lors d'une répétition de thêatre
Quelques participantes lors d'une répétition de théâtre
Photo extraite du documentaire "Femmes de méninges" réalisé par Guillaume Estivie

« Derrière cet humour, on fait passer un message »

Durant plusieurs mois, sept femmes et deux hommes, tous agents de propreté, se sont confiés sur leurs histoires, leurs parcours, leurs difficultés. Une démarche parfois difficile mais accompagnée par une équipe théâtrale bienveillante.

« Leur métier les a repliés sur eux-mêmes » observe la metteuse en scène qui espère que le théâtre pourra « gommer cette dévalorisation ». Derrière une timidité apparente les langues se délient et les participants se prennent au jeu. Un travail à effectuer sur l’estime de soi, mais qui nécessite aussi l’estime des autres.

Fiers de « servir à quelque chose », de « ne pas rester les bras croisés » c’est le message qu’ils ont choisi de faire passer pour sensibiliser le grand public.

« Je travaille, je suis libre et je n’ai pas honte » affirme Foulematou, guinéenne et mère de 5 enfants. Si elle se lève tous les matins et si elle a décidé de monter sur les planches, c’est aussi pour que ses enfants sachent qu’elle gagne son salaire par des efforts physiques.

Des scènes drôles et émouvantes, inspirées de leur vie quotidienne pour exprimer à voix haute une demande essentielle : « qu’on ne nous insulte pas, qu’on ne nous traite pas d’idiots ».

Dans la même thématique

Attaque terroriste à Paris pont Bir Hakeim
10min

Société

Attentat de Paris : le sénateur LR Marc-Philippe Daubresse demande « une loi antiterroriste pour les JO »

« Il faut renforcer un certain nombre de dispositions, à titre d’expérimentation, […] et voter cette loi avant les Jeux olympiques », demande le sénateur LR Marc-Philippe Daubresse, suite à l’attaque au couteau de Paris. Alors que Gérald Darmanin se prononce pour des « injonctions de soins », Patrick Kanner, patron des sénateurs PS, « ne croit pas un seul instant » qu’on puisse « déradicaliser la radicalisation par voie chimique ».

Le

Melun: Justice Minister Eric Dupond Moretti went to the detention center
5min

Société

Attentat à Paris : comment fonctionne la rétention de sureté ?

Mesure exceptionnelle, la rétention de sûreté permet le placement dans un centre spécialisé d’un détenu après la fin d'une peine de réclusion, s’il est avéré qu’il constitue toujours une menace pour la société. Elle ne concerne qu’un nombre restreint de crimes graves, mais avec le retour de la menace terroriste certains responsables politiques réclament un élargissement de son champ d’application.

Le

Attaque terroriste à Paris pont Bir Hakeim
4min

Société

Attentat à Paris : qu’est-ce que l’injonction de soins ?

Après l’attentat de Paris, le ministre de l’Intérieur estime qu’il y a eu un « ratage » de la part des médecins. Il demande que les pouvoirs publics puissent imposer une « injonction de soins » aux individus radicalisés avec troubles psychiatriques.

Le