Forte tension hospitalière en Île-de-France : l’exécutif veut tout faire pour éviter un reconfinement local

Forte tension hospitalière en Île-de-France : l’exécutif veut tout faire pour éviter un reconfinement local

La situation sanitaire s’aggrave en Île-de-France, mettant sous une forte tension les places en réanimation des hôpitaux de la région. L’exécutif semble néanmoins écarter l’hypothèse d’un reconfinement local. Il entend mobiliser davantage de ressources pour tenir face à l’afflux de malades.
Public Sénat

Par Joseph Stein

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Une situation préoccupante. Ainsi peut être qualifié le contexte sanitaire en Île-de-France actuellement. Le nombre de cas positifs en une semaine y était de 350 pour 100 000 habitants au 6 mars, comparé à 216 à l’échelle nationale. De plus, 984 lits de réanimation, soit 85 % des capacités de la région, étaient occupés au 8 mars, d’après CovidTracker. Pour Aurélien Rousseau, directeur général de l’Agence régionale de la santé (ARS), il s’agit d’une « situation de tension très forte ».

L’ARS d’Île-de-France a de ce fait ordonné hier aux hôpitaux et cliniques de la région de déprogrammer 40 % de leurs activités. Le but : libérer des lits de réanimation pour les patients atteints de covid-19. Aurélien Rousseau demande en effet que le nombre de lits de réanimation atteigne les 1 577 la semaine prochaine. Il est actuellement de 1 050.

Les cliniques et hôpitaux privés pourraient alors s’occuper de « 25 % à 30 % des patients hospitalisés en réanimation, comme nous l’avions fait pendant la première vague », affirme Lamine Gharbi, le président de la Fédération de l’hospitalisation privée.

« Une mesure de dernier recours »

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a annoncé ce mardi sur RTL qu’avec ces déprogrammations, les services hospitaliers font « tout pour accueillir l’ensemble des malades graves en hôpital en Île-de-France ». Pour faire face à la hausse des patients, l’ensemble des lits et des personnels sont mobilisés. Le haut fonctionnaire du ministère des Solidarités et de la Santé espère ainsi éviter un confinement dans la région. Cette option « n’est pas d’actualité », explique-t-il, « c’est une mesure de dernier recours que nous ne proposerons que si nous avons l’impression que les hôpitaux ne peuvent plus tenir. »

La priorité, pour Jérôme Salomon, c’est aussi l’intensification de la vaccination. Un objectif auquel adhère le sénateur socialiste Rémi Féraud. « Il faut voir comment évolue la situation dans les jours qui viennent et continuer sans confinement, tout en accélérant la campagne vaccinale », déclare le sénateur de Paris.

« Equilibre entre la sécurité sanitaire et les réalités économiques »

Le président du Sénat, Gérard Larcher, s’est dit lui aussi inquiet face au contexte de tension dans la région francilienne. Le sénateur LR a estimé ce mardi sur France Inter qu’il faut « insister sur l’addition de l’accélération de la vaccination aux gestes barrières ». Il appelle à trouver un « équilibre entre la sécurité sanitaire et les réalités économiques et sociales » permettant d’éviter un reconfinement.

Le sénateur des Yvelines espère toutefois que Jérôme Salomon ne dira « pas l’inverse demain, comme il l’a fait dimanche et lundi ». Après avoir demandé la semaine dernière aux médecins d’accélérer le rythme de vaccination, le directeur général de la Santé a en effet déclaré dimanche les pharmacies prioritaires pour l’obtention de doses de vaccin AstraZeneca, mettant de fait les médecins sur le carreau pour les prochains jours et poussant certains d’entre eux à demander la démission de Jérôme Salomon. « Nous allons rouvrir aux médecins dès la fin de la semaine les réservations de doses pour la semaine du 22 mars », rassure le ministre de la Santé Olivier Véran. Reste à savoir si cette annonce calmera la colère des médecins.

Dans la même thématique

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le