Frédéric Valletoux estime « entre 5 et 10 % » le nombre de lits fermés à l’hôpital faute de personnel

Frédéric Valletoux estime « entre 5 et 10 % » le nombre de lits fermés à l’hôpital faute de personnel

Invité jeudi de la matinale de Public Sénat, Frédéric Valletoux, le président du conseil de direction de la Fédération hospitalière de France, a évoqué le problème du manque de personnel à l’hôpital. Une bataille de chiffres, sur le nombre de lits fermés, oppose l’exécutif et Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique.
Romain David

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Environ 20 % de lits fermés faute de personnel dans les « grandes structures hospitalières du pays ». Ce chiffre, issu d’une enquête du Conseil scientifique et du Comité consultatif national d’éthique, tous les deux pilotés par l’immunologue Jean-François Delfraissy, est sujet à débat depuis plusieurs jours. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a estimé devant l'Assemblée nationale qu’il n’était pas possible d’établir un chiffre précis, et parle plutôt d’un taux de fermeture autour de 5 %. Invité jeudi de « Bonjour chez vous » sur Public Sénat, Frédéric Valletoux, le président du conseil de direction de la Fédération hospitalière de France, s’est placé entre ces deux estimations. « Les premières enquêtes de la Fédération hospitalière de France montrent qu’il y a un phénomène réel, mais il n’est sans doute pas à hauteur de 20 %. Je pense qu’on sera entre 5 et 10 %, ce qui reste déjà beaucoup », a-t-il déclaré.

« Il y a un phénomène réel qui a pris des proportions plus importantes qu’avant la crise. La question du manque de personnel est un sujet prégnant. Il y a longtemps que l’on est nombreux à tirer la sonnette d’alarme sur l’attractivité des métiers et l’absentéisme », explique Frédéric Valletoux pour qui la crise sanitaire liée au covid-19 n’a fait qu’accentuer une situation installée de longue date. « Il y avait déjà 30 % de postes vacants avant », pointe-t-il. « Deux années de crise ont accentué la fatigue, l’épuisement des personnels, cela ne pouvait que créer des tensions nouvelles ».

» Lire notre article : Bruno Retailleau annonce une commission d’enquête au Sénat sur la fermeture des lits d’hôpitaux

« L’hôpital est un paquebot lent »

Pourtant, le plan d’investissement hospitalier lancé en début d’année ne devrait pas montrer ses effets avant un certain temps, car « l’hôpital est un paquebot lent » note Frédéric Valletoux. « Ce plan d’investissement est le bienvenu, mais il ne donnera des effets que dans quelques années. Idem pour les grilles de salaires. » Celui qui est également maire de Fontainebleau admet ne pas voir de solution pérenne à court terme. « On va peut-être se tourner vers des gens qui sont partis, rappeler de jeunes retraités, on va essayer de colmater la brèche. »

Plafonnement de la rémunération de l’intérim médical

En attendant, les hôpitaux publics s’appuient, pour certains massivement, sur le recours à l’intérim. Dans un contexte sanitaire toujours tendu, l’entrée en vigueur de la loi Rist, qui prévoit un plafonnement systématique de la rémunération de l’intérim médical, initialement prévue le 27 octobre, a été reportée à 2022 à la demande du secteur, qui redoute que la nouvelle réglementation ne rebute une partie de cette main-d’œuvre. « L’intérim ne disparaîtra jamais », estime Frédéric Valletoux. « Mais on a basculé dans un système avec des comportements de mercenaires : les médecins vont au plus donnant et font pousser les prix à la hausse, 2 000 ou 3 000 euros la journée », alerte ce responsable.

« La santé doit être la grande affaire du prochain quinquennat », poursuit Frédéric Valletoux. « C’est majeur, la crise a montré que les Français étaient profondément attachés à leur système de santé, c’est un ciment du pacte républicain. L’hôpital a été notre bouclier sanitaire pendant la crise, mais on voit bien le navire prend l’eau. »

Dans la même thématique

Frédéric Valletoux estime « entre 5 et 10 % » le nombre de lits fermés à l’hôpital faute de personnel
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le