Grippe : les hôpitaux sous « tension » mais « en aucun cas débordés » assure Marisol Touraine

Grippe : les hôpitaux sous « tension » mais « en aucun cas débordés » assure Marisol Touraine

A l’issue d’une réunion à l’Elysée, Marisol Touraine a adouci ses propos sur l’épidémie de grippe. « Après avoir évoqué, hier, un bilan « probablement lourd », la ministre de la Santé assure, ce jeudi, que la situation est maitrisée.
Public Sénat

Par Public Sénat avec l'AFP

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

que la situation est maitrisée.

En présence de la ministre de la Santé et du directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) Martin Hirsch, une réunion sur l’épidémie de grippe avait lieu dès 9H00, ce jeudi. Lors d’un point presse, Marisol Touraine s’est montrée rassurante. « Les hôpitaux aujourd'hui sont face à une situation de tension, ils ne sont en aucun cas débordés. Depuis la mise en œuvre des mesures que j'ai demandées, la pression s'est relâchée » et « la saturation aujourd'hui des services d'urgence n'existe pas », a déclaré la ministre sur le perron du palais présidentiel.

Pour autant, « la mobilisation reste de mis» et « la vigilance s'impose » alors que « nous sommes en train aujourd'hui de passer le pic de l'épidémie », qui « va donc se poursuivre plusieurs semaines encore », a-t-elle averti.

« Nous sommes passés de 142 à 192 hôpitaux qui ont mise en place les mesures du plan ‘hôpital en tension’, qui aboutit à ouvrir des lits supplémentaires, rappeler du personnel, transformer des lits d'hospitalisation de jour en hospitalisation permanente », a encore précisé Marisol Touraine.

Toujours selon la ministre, « trente hôpitaux supplémentaires ont déprogrammé des activités médicales ou chirurgicales, non urgentes évidemment, pour permettre d'accueillir dans les meilleures conditions les patients malades de la grippe ».

La réunion de crise s'est prolongée pendant près d'une heure, au lendemain de propos alarmants de Marisol Touraine évoquant un bilan « probablement lourd » en perspective (voir la vidéo ci-dessous).

Grippe : "le bilan sera probablement lourd" selon Marisol Touraine
00:55

Sur la question du manque de moyens de l’hôpital public, la ministre a tenu à « répondre (...) à ceux qui prétendent qu'il y a moins de lits en médecine depuis quelques années. Il y a 2.500 lits de plus en médecine dans les hôpitaux français aujourd'hui par rapport à 2012 ».

En quatre semaines, 784.000 personnes ont consulté un médecin pour une grippe, d'après le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm. Et depuis le 1er novembre, 52 personnes sont décédées en réanimation à l'hôpital, selon Santé publique France.

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

Grippe : les hôpitaux sous « tension » mais « en aucun cas débordés » assure Marisol Touraine
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Grippe : les hôpitaux sous « tension » mais « en aucun cas débordés » assure Marisol Touraine
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le