Ukraine : inquiétudes de Lactalis pour ses trois sites de production

Ukraine : inquiétudes de Lactalis pour ses trois sites de production

Alors que la guerre en Ukraine fait rage, le groupe français Lactalis, qui compte trois sites de productions sur place, s’inquiète pour la sécurité de ses 1 000 salariés ukrainiens. Présent au salon de l’Agriculture, le directeur de la communication du groupe, Christophe Piednoël a pour le moment des nouvelles rassurantes. Interview.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Avez-vous des nouvelles de vos collaborateurs ?

A l’heure où on se parle (samedi matin 10H), nos collaborateurs, environ un millier, sont sains et saufs. On suit ça heure par heure. Nous avons trois sites en Ukraine où on produit du fromage, de beure et du yaourt. Un site à la frontière russe au Nord. Un site à l’Est et un au Sud. Ils sont dans des zones de campagnes, donc pas dans les zones les plus militarisées. Ces sites ne fonctionnent pas actuellement puisque les producteurs de lait ont arrêté la collecte pour des raisons de sécurité. Notre première préoccupation c’est la sécurité de nos collaborateurs. Certains sont actuellement à Kiev dans des stations de métro, avec leur famille, et sont extrêmement inquiets. On sent une extrême tension.

L’autre enjeu, c’est la chaîne alimentaire pour les Ukrainiens. Il va falloir assez rapidement s’assurer de pouvoir continuer de distribuer les produits.

Y a-t-il des Français parmi eux ?

Nous n’avons pas d’expatriés. La politique du groupe c’est d’être local partout. Ce sont des Ukrainiens.

Avez-vous une idée des conséquences de la guerre sur le chiffre d’affaires de Lactalis ?

Le groupe Lactalis en Ukraine, c’est un marché qui représente 100 millions d’euros de chiffres d’affaires. Mais à l’heure ou l’on parle ce n’est pas vraiment les euros qui comptent, ce sont nos collaborateurs.

En ce qui concerne les conséquences, c’est un peu tôt pour les évaluer. Nous avons la particularité de collecter localement, de transformer localement et de vendre localement. C’est interne au marché ukrainien. Quant au marché russe, depuis 2014, il ne fait plus l’objet d’import-export. C’est un marché autonome.

Le Président Emmanuel Macron est venu au Salon de l’Agriculture ce matin. Il a évoqué des « conséquences durables » de la guerre sur l’agriculture. Qu’attendez-vous de l’Etat ?

Nous sommes en lien étroit avec l’Etat qui cherche à évaluer les conséquences que ce conflit peut avoir sur les entreprises françaises, notamment en ce qui concerne l’énergie. Nous avons 66 usines en France. Il faut qu’elles continuent à pouvoir être alimentées. On a été rassurés sur ce point. Le risque économique sera l’impact de la hausse du coût de l’énergie sur la filière agricole et ses répercussions sur le prix des produits pour les Français.

 

Dans la même thématique

Attaque terroriste à Paris pont Bir Hakeim
10min

Société

Attentat de Paris : le sénateur LR Marc-Philippe Daubresse demande « une loi antiterroriste pour les JO »

« Il faut renforcer un certain nombre de dispositions, à titre d’expérimentation, […] et voter cette loi avant les Jeux olympiques », demande le sénateur LR Marc-Philippe Daubresse, suite à l’attaque au couteau de Paris. Alors que Gérald Darmanin se prononce pour des « injonctions de soins », Patrick Kanner, patron des sénateurs PS, « ne croit pas un seul instant » qu’on puisse « déradicaliser la radicalisation par voie chimique ».

Le

Melun: Justice Minister Eric Dupond Moretti went to the detention center
5min

Société

Attentat à Paris : comment fonctionne la rétention de sureté ?

Mesure exceptionnelle, la rétention de sûreté permet le placement dans un centre spécialisé d’un détenu après la fin d'une peine de réclusion, s’il est avéré qu’il constitue toujours une menace pour la société. Elle ne concerne qu’un nombre restreint de crimes graves, mais avec le retour de la menace terroriste certains responsables politiques réclament un élargissement de son champ d’application.

Le

Attaque terroriste à Paris pont Bir Hakeim
4min

Société

Attentat à Paris : qu’est-ce que l’injonction de soins ?

Après l’attentat de Paris, le ministre de l’Intérieur estime qu’il y a eu un « ratage » de la part des médecins. Il demande que les pouvoirs publics puissent imposer une « injonction de soins » aux individus radicalisés avec troubles psychiatriques.

Le