Amsterdam : Migrant

Hausse de près de 30 % des demandes d’asile dans l’Union européenne début 2023

519.000 demandes d’asile ont été déposées entre janvier et juin 2023 au sein de l’Union européenne, surtout des Syriens, des Afghans, des Vénézuéliens, des Turcs et des Colombiens. 60 % ont été refusés. L’Allemagne reçoit 30 % des demandes, soit deux fois plus que la France, avec 16 %. Explications.
François Vignal

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

C’est une hausse significative. Le nombre de demandes d’asile enregistrées dans les pays de l’Union européenne, ainsi que la Norvège et la Suisse, au cours du premier semestre 2023, a augmenté de 28% par rapport à la même période de 2022, annonce ce mardi l’Agence de l’Union européenne pour l’asile, faisant suite à une hausse de 53% l’année précédente.

Cette tendance n’a pas été observée depuis la crise des migrants de 2015/2016, où le nombre de demandes s’était envolé pour atteindre plus de 1,3 million en 2015.

Peut-être plus d’un million de demandes sur l’ensemble de l’année

Concrètement, 519.000 personnes ont déposé une demande d’asile dans ces 29 pays entre janvier et fin juin dernier. Selon l’agence, « d’après les tendances actuelles, les demandes pourraient excéder un million d’ici la fin de l’année ».

41% des demandes ont reçu soit le statut de réfugié, soit une protection subsidiaire. 59% des réponses sont négatives. Conséquence de cette hausse des demandes : le nombre de dossiers en attente de décision a augmenté de 34 % par rapport à 2022.

L’Allemagne est le pays qui a reçu le plus de dossiers : 30% du total (avec 154.000 demandes), soit près de deux fois plus que l’Espagne (17%) et la France (16%, soit 81.000 demandes).

Les principaux demandeurs d’asile sont les Syriens, les Afghans, les Vénézuéliens, les Turcs et les Colombiens, représentant 44% des requêtes.

Les Syriens déposent le plus de demandes

Dans le détail, ce sont les Syriens qui déposent le plus de demandes, avec 67.000 (+47% comparé à 2022). L’Allemagne reçoit le plus de demandes de Syriens (62%). Les Syriens bénéficient de la plus large protection, avec un taux d’environ 95%, contre 58% pour les Afghans.

Les Turcs bénéficient depuis quatre ans de moins en moins de protection (28% contre 54% en 2019). A l’inverse, les Russes bénéficient d’une protection plus fréquemment (jusqu’à 35% contre 21% en 2021), tout comme les Iraniens (47% contre 31% en 2020).

4 millions d’Ukrainiens bénéficient d’une protection temporaire

Par ailleurs, environ 4 millions d’Ukrainiens fuyant l’invasion russe bénéficient actuellement d’une protection temporaire dans l’UE.

Si leurs demandes ne représentent que 3,5% du total, à noter que le premier semestre 2023 voit le nombre de demandes d’asile émanant de ressortissants ivoiriens (9.300) et guinéens (8.700) augmenter. Celles des Ivoiriens ont plus que doublé, comparé à la même période de l’année dernière. La hausse est de 60% pour les Guinéens. La France a reçu 53% des demandes émanant d’Ivoiriens, 35% pour l’Italie et 7% pour l’Allemagne.

La France ne reçoit que 6% des demandes de Marocains

Quant aux demandes émanant de Marocains, la France n’a reçu sur la première moitié de 2023 que 6% de ces demandes. Le premier pays est l’Autriche (24%), suivi de l’Italie (16%) et de la Slovénie (16%), de l’Espagne (10%), de la Bulgarie (7%) et de l’Allemagne (7%).

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Hausse de près de 30 % des demandes d’asile dans l’Union européenne début 2023
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le