Hommes femmes, et si le plan de relance européen finançait aussi l’égalité ?

Hommes femmes, et si le plan de relance européen finançait aussi l’égalité ?

Un an après le début de l’épidémie de coronavirus, les retombées sociales et économiques de cette crise pourraient mettre à mal les progrès accomplis en matière de droits des femmes ces dernières années et précipiter 47 millions de femmes et de filles de plus, sous le seuil de pauvreté. Les femmes, victimes collatérales du covid-19 ? Deux eurodéputées de la Commission des droits des femmes proposent que les fonds des plans de relance incluent des indicateurs en termes d’égalité hommes femmes.
Public Sénat

Par Marie Brémeau

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Karen Melchior en est persuadée, la pandémie touche plus durement les femmes. « C’est beaucoup plus difficile pour les femmes. La pandémie a vraiment montré les inégalités dans notre société. Les femmes assurent le travail dans les familles, les femmes prennent soin des enfants, de la maison, plus largement que les hommes », affirme l’eurodéputée (Renew Europe) danoise.

« Les plans de relance sont surtout pensés pour la transition écologique et la transition digitale. Et ce sont des secteurs avec majoritairement des emplois masculins. »

Les chiffres lui donnent raison. Les plaintes pour violences conjugales ont augmenté de 30 % à Chypre ou en France, d’après une étude de l’Onu Femmes. Sur le terrain économique, le constat est alarmant. Partout dans le monde, les femmes sont surreprésentées dans les secteurs les plus touchés par la pandémie. Elles effectuent en outre une grande partie du travail domestique non rémunéré, qui a explosé en raison de la crise. Chez nos voisins italiens, le taux d’emploi des femmes est repassé sous la barre des 50 %.

Les plans de relance pour renforcer l’égalité

C’est pourquoi l’espagnole Lina Galvez Munoz souhaite qu’un nouvel objectif soit intégré dans le cadre des plans de relance : la cause des femmes. « Les plans de relance sont surtout pensés pour la transition écologique et la transition digitale. Et ce sont des secteurs avec majoritairement des emplois masculins. Donc il faut une transition juste et faire des efforts [pour l’égalité des genres]. On pourrait suivre cela avec des indicateurs pris en compte dans les plans de relance nationaux. »

Une sorte d’indicateur féministe en quelque sorte, une idée que soutient également Karen Melchior. « La pandémie a renforcé les plafonds de verre, a renforcé toutes les barrières pour les femmes dans la société. Et c’est donc nécessaire d’utiliser la relance pour pouvoir faire avancer les femmes. Car l’argent utilisé dans le cadre des plans de relance, il doit être utilisé pour renforcer l’égalité. »

Retrouvez l’intégralité de notre émission sur notre espace replay

Dans la même thématique

Hommes femmes, et si le plan de relance européen finançait aussi l’égalité ?
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Hommes femmes, et si le plan de relance européen finançait aussi l’égalité ?
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le