Inondations et prévention : « On ne fera rien sans la population » estime Eric Daniel-Lacombe

Inondations et prévention : « On ne fera rien sans la population » estime Eric Daniel-Lacombe

Invité de l’émission « On va plus loin », l’architecte spécialiste des risques naturels et des constructions en zones inondables, Eric Daniel-Lacombe met en garde contre un risque d’interdiction de construire, sous couvert de prévention.  Empêchant ainsi les expérimentations.   
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé lundi, une « procédure de catastrophe naturelle accélérée » après que l’Aude a été touchée par des inondations meurtrières, le temps est aujourd’hui à l’évaluation des dégâts. Mais que faire à plus long terme alors que tous les experts et même les politiques, nous expliquent que ce phénomène peut se reproduire encore et encore ?  

Pour Eric Daniel-Lacombe, architecte spécialiste des risques naturels et des constructions en zones inondables, il faut intégrer la population dans le processus de changement des mentalités et d’action : « On ne fera rien sans la population (…) Je pense que les habitants ne peuvent pas s’exclure de cette conscience et c’est là-dessus qu’il faut les éduquer ou les rendre plus vigilants » assure-t-il.

 Face aux critiques du tout constructible, l’architecte défend sa paroisse : « L’architecture a été longtemps condamnée sur les méfaits qu’elle pouvait faire à la nature (…) mais elle peut, au contraire, emmener les gens vers une conscience du monde sensible, au-delà du monde technique. »  

Quant à « la culture de la prévention » prônée notamment par Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, Eric Daniel-Lacombe, y voit un risque : « Si vous regardez ce qu’il se passe à l’issue de ces deux jours, la prévention va conduire inévitablement, et pour des raisons justifiées, à l’interdiction (…) de construire (…) Mais qu’est-ce qu’on fait des bâtiments et des gens qui sont déjà là ? Moi je me bats (…) pour mener des expériences (…) réelles de résilience d’un quartier où l’on est capable de faire rentrer l’eau, la faire monter jusqu’à 1m50 [et] surtout la faire ressortir (…) Si on les interdit, on n’a plus de lieu d’enseignement. J’ai démarré au mois de juillet, la même chose sur la vulnérabilité des campings (…) et je dors trois nuits par semaine depuis trois mois, sur des zones qui sont toujours près d’une rivière, près de la mer qui monte (…) Pour essayer de comprendre les phénomènes (…), les évacuations et (…) ce qui pourrait nous reconnecter, savoir à quel moment, il faut rester. Et à quel moment, il faudrait partir. Si on se prive d’une expérience, on ne saura pas transformer les villages dont on ne cesse de parler depuis deux jours. »

 

Vous pouvez voir et revoir cet entretien, en intégralité :

OVPL. Entretien (en intégralité) avec l’architecte spécialiste des risques naturels et des constructions en zones inondables, Eric Daniel-Lacombe
07:49

Dans la même thématique

Inondations et prévention : « On ne fera rien sans la population » estime Eric Daniel-Lacombe
2min

Société

IVG dans la Constitution : Après s’être abstenu, François-Noël Buffet annonce qu’il votera pour au Congrès

A la sortie de la séance historique au cours de laquelle le Sénat a voté très largement le projet de loi visant à inscrire l’IVG dans la Constitution », le président LR de la commission des lois du Sénat, François-Noël Buffet (LR) a bien pris note d’une évolution au sein de son groupe vers une volonté de voir l’IVG inscrite dans la Constitution.

Le

Inondations et prévention : « On ne fera rien sans la population » estime Eric Daniel-Lacombe
1min

Société

IVG dans la Constitution : le Sénat adopte très largement le projet de loi

C’est historique. 50 ans après la loi Veil, le Sénat a très largement d’adopté le projet de loi visant à inscrire l’IVG dans la Constitution par 267 voix contre 50. Il s’agissait de la dernière étape avant la convocation du Parlement en Congrès pour procéder à la révision de la Constitution. Le Congrès se tiendra lundi 4 mars à 15h30.

Le