IVG : « Un droit de plus en plus disputé, même en Europe », alerte cette eurodéputée danoise

IVG : « Un droit de plus en plus disputé, même en Europe », alerte cette eurodéputée danoise

Au moment où les Etats-Unis ont ouvert une brèche dans le droit à l’avortement, le Parlement européen vient de voter à une large majorité pour qu’il soit inscrit dans la Charte des droits fondamentaux. Une révision qui nécessite encore l’unanimité des 27 Etats membres, divisés sur la question. Car d’un pays à l’autre, l’accès à l’interruption volontaire de grossesse varie comme le rappellent ces eurodéputées dans l’émission « Ici l’Europe ». 
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

L’Interruption volontaire de grossesse est autorisée et donc légale dans la quasi-totalité des Etats membres de l’Union européenne, à l’exception de Malte où elle reste punie. Là-bas, les médecins encourent 4 ans de prison et l’interdiction d’exercer, et les femmes qui y ont recours sont, passibles de trois ans de prison. Si en droit, l’IVG est autorisée dans le reste de l’Union, l’accès y est parfois difficile comme en Pologne, où il est restreint à des cas de figure très spécifiques. Ainsi, depuis janvier 2021, il est réservé en de cas de viol ou de danger pour la vie de la mère. Une inégalité d’accès, pour l’eurodéputée danoise Karen Melchior, qui montre que le droit d’avorter est aujourd’hui fragilisé sur le continent. « On voit que dans le droit, dans les législations nationales, les femmes enceintes ont le droit de mettre fin à leur grossesse. Mais en réalité, cela devient de plus en plus difficile, soit à cause de décisions judiciaires comme en Pologne, mais aussi à cause des objections de conscience. Donc sur le papier, nous avons le droit d’avorter dans tous les pays d’Europe, mais c’est un droit qui est de plus en plus disputé même en Europe. »

Certaines italiennes obligées d’aller à l’étranger pour avorter

Laura Ferrara est députée européenne italienne. Dans son pays, l’IVG est légale et autorisée depuis 1978 et pourtant… « Même si on a une loi depuis longtemps qui donne la possibilité aux femmes d’avorter, c’est vrai que dans beaucoup de régions, on a beaucoup de gynécologues objecteurs de conscience, et cela oblige certaines femmes à aller soit dans d’autres régions en Italie, soit à l’étranger. »

En cause, « un mouvement ultraconservateur, très radicalisé »

Face à ces réalités, les eurodéputés, parmi lesquelles Laura Ferrara et Karen Melchior, ont demandé jeudi, au Conseil européen d’inscrire l’IVG dans la charte des droits fondamentaux. Une charte, juridiquement contraignante qui a la même valeur que les traités, et nécessite pour la modifier l’unanimité des 27, ce qui est loin d’être acquis. Pour Karen Melchior : « Il y a un mouvement ultraconservateur, très radicalisé, qui essaie de remettre en cause le droit d’indépendance des femmes. Les femmes doivent avoir le pouvoir de décider de leur propre corps. Et c’est pourquoi c’est nécessaire de l’inscrire [ce droit d’avorter] dans les constitutions nationales, dans la charte des droits fondamentaux européenne et aussi mettre fin aux objections de conscience ». Et il y a urgence. L’élue danoise estime la décision de la Cour suprême américaine qui a mis un terme à la protection fédérale de l’IVG doit être reçue comme un « sérieux avertissement ».

Dans la même thématique

IVG : « Un droit de plus en plus disputé, même en Europe », alerte cette eurodéputée danoise
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

IVG : « Un droit de plus en plus disputé, même en Europe », alerte cette eurodéputée danoise
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le