« Je veux vraiment qu’on arrête avec le prof-bashing », s’indigne Gabriel Attal

« Je veux vraiment qu’on arrête avec le prof-bashing », s’indigne Gabriel Attal

Le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse a répondu à la polémique des « profs décrocheurs ». « Les enseignants ont été extrêmement mobilisés », insiste-t-il.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse veut clore une polémique devenue incontrôlable sur l’absentéisme d’un faible pourcentage d’enseignants. Monté en épingle dans certains reportages, ce qu’ont dénoncé vigoureusement les syndicats (relire notre article), l’absentéisme chez les enseignants se chiffrerait à 5%, selon Jean-Michel Blanquer, interrogé le 10 juin dernier sur RTL. « À chaque fois qu’il s’exprime, il rappelle que l’essentiel des enseignants – la quasi-totalité des enseignants – a été parfaitement mobilisé », a souligné Gabriel Attal, son secrétaire d’État. « Si Jean-Michel Blanquer s’exprimait sur cette question, ce n’était pas pour pointer du doigt, c’est parce qu’il répondait à des questions qui lui étaient posées, qui pointaient elles-mêmes du doigt ces enseignants. »

Invité d’Audition Publique, sur les chaînes parlementaires, en partenariat avec Le Figaro Live, Gabriel Attal a déclaré vouloir « vraiment qu’on arrête avec le prof-bashing ». Selon lui, « les enseignants ont été extrêmement mobilisés pendant le confinement ». « Et ce n’était pas facile, parfois depuis chez eux, quand eux-mêmes avaient des enfants, avec leur ordinateur personnel, pour faire le lien avec les élèves », a-t-il enchaîné, saluant « l’inventivité exceptionnelle » de certains.

Le secrétaire d’État a, en outre, rappelé que toute absence « sans aucun motif valable » serait passible de sanctions, mais que les enseignants atteints de maladies lourdes, les rendant vulnérables au Covid-19, n’entraient évidemment pas dans ce cas de figure.

Plus d’autonomie locale : Gabriel Attal prend l’exemple des écoles

Plus d’autonomie locale : l’école pourrait être concernée, selon Gabriel Attal
01:15

Revenant sur l’allocution présidentielle du 14 juin, Gabriel Attal s’est dit lui aussi convaincu qu’il faudrait approfondir la décentralisation. « Le président de la République a cité l’école comme l’un des secteurs dans lequel on peut aller plus loin », a-t-il rappelé. Dans son adresse à la nation, Emmanuel Macron ne s’était pas montré aussi large et n’avait cité que l’enseignement supérieur. « Je veux ouvrir pour notre pays une page nouvelle donnant des libertés et des responsabilités inédites à ceux qui agissent au plus près de nos vies, libertés et responsabilités pour nos hôpitaux, nos universités, nos entrepreneurs, nos maires et beaucoup d’autres acteurs essentiels », avait indiqué le chef de l’État.

Pour Gabriel Attal, cette autonomie scolaire ne concernerait pas les programmes, mais par exemple la capacité de recrutement des enseignements. « Ce sont des débats qui se regardent. »

Dans la même thématique

« Je veux vraiment qu’on arrête avec le prof-bashing », s’indigne Gabriel Attal
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le