Jeunes policiers tués : « Cet assassin a blessé l’intégralité de la police nationale », tance Gérald Darmanin

Interrogé en fin de séance des questions d’actualité au gouvernement sur le décès des trois policiers de Roubaix, le ministre de l’Intérieur n’a pas hésité à employer le mot « assassins » pour qualifier le conducteur qui était alcoolisé et sous l’emprise de stupéfiants. Gérald Darmanin propose aussi de créer un « homicide routier ».
Caroline Deschamps

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Pour clore cette session des questions d’actualité au gouvernement, la sénatrice nordiste et membre du groupe Les Républicains, Brigitte Lherbier, a choisi de rendre un nouvel hommage aux trois jeunes policiers, originaires de Roubaix (Nord), décédés dimanche 21 mai dans un tragique accident de la route dans la commune de Villeneuve-d’Ascq.

Ce dimanche, Steven, Paul et Manon – trois policiers tout juste sortis d’école – ont été mortellement percutés par une voiture à contresens alors qu’ils accompagnaient une jeune femme à l’hôpital. En déplacement pour leur rendre hommage, ce lundi, Gérald Darmanin avait évoqué « un effondrement pour toute la police nationale » face à la disparition de trois fonctionnaires décrits de « volontaires et enthousiastes » par Frédéric Veaux, le directeur général de la police national.

Ce mercredi, le ministre de l’Intérieur, après avoir une nouvelle fois exprimé sa peine, n’a pas hésité à utiliser le terme « assassin » pour décrire le conducteur fautif, également décédé sur le coup. « Cet assassin, il faut utiliser les mots qui comptent, a blessé l’intégralité de la police nationale », s’est ému le Ministre. Il généralise ensuite : « Trop de chauffards, trop d’assassins tuent sur les routes sous l’emprise de stupéfiants et de l’alcool. Nous travaillons avec le garde des Sceaux pour limiter ces drames ».

« Renommer cet homicide comme un homicide routier »

Le parquet de Lille a ouvert une enquête pour « homicide et blessures involontaires ». Le ministre de l’Intérieur a, d’ores et déjà, annoncé qu’il travaillait avec Éric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice, afin de durcir les sanctions contre les conducteurs ayant consommé de l’alcool ou de drogue. « Nous avons proposé le retrait des douze points », admet-il. « Le garde des Sceaux a proposé de renommer cet homicide comme un homicide routier, c’est attendu ».

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Jeunes policiers tués : « Cet assassin a blessé l’intégralité de la police nationale », tance Gérald Darmanin
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le