« La France est en panne » : retour sur le black-out de 1978

« La France est en panne » : retour sur le black-out de 1978

Il y a 44 ans, les trois quarts du pays subissent, par surprise, une panne de courant générale pendant plusieurs heures. Alors que des coupures de courant ciblées sont envisagées cet hiver, voilà un scénario catastrophe qu’essaie à tout prix d’éviter le gouvernement. Récit de la journée sombre du 19 décembre 1978.
Public Sénat

Par Clara Robert-Motta

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Il est 8h27 ce 19 décembre 1978 quand la quasi-totalité de la France plonge dans le noir. Plus de métros, plus de trains, ni de feux tricolores, d’ascenseurs ou d’escaliers mécaniques. Des personnes sont bloquées dans les ascenseurs, des immeubles entiers n’ont plus de chauffage électrique et les casernes de pompiers sont noyées sous les appels de Français catastrophés. Certains hôpitaux ne disposant pas de générateur de secours sont dans le noir complet et des opérations stoppées en plein milieu.

 

JA2 20h : émission du 19 décembre 1978
28:09

« La France est en panne », commente Patrick Poivre d’Arvor au JT de l’époque. Si les trois quarts du pays n’ont plus de jus, c’est la faute à une surcharge électrique dans un poste EDF près de Nancy apprendra-t-on durant la journée.

En effet, les températures froides ont induit une importante hausse de la demande en énergie ce jour-là. Les techniciens chargés du réseau importent alors de l’électricité depuis l’Allemagne, mais à la façon d’un disjoncteur dans un appartement, la surcharge d’un gros câble électrique - une ligne de 400 000 volts à Bezaumont, en Meurthe-et-Moselle - fait sauter le courant sur les autres réseaux de la région… puis, par effet domino, sur toute la France. Seules quelques régions dans le Sud-Est et les frontières nord et est échappent à cette panne généralisée.

Après la panne, l’énergie nucléaire décriée

Pourtant, un plan de sécurité avait été mis en place après la coupure généralisée qu’avait connue New York en 1965. Ce découpage en région pour éviter la propagation des incidents, n’avait pas fonctionné à temps.

Malgré un rétablissement du courant sur les coups de midi, la panique provoquée par ce black-out géant a secoué l’Hexagone. La question de la diversification des sources d’énergie est alors vivement débattue. L’énergie nucléaire est pointée du doigt pour sa rigidité face aux fluctuations de la demande, et la politique du « tout électrique » remise en question.

« La panne historique du 19 décembre reflète ainsi l’échec d’une politique, écrit dans le Nouvel Obs du 23 décembre 1978 le journaliste et philosophe, André Gorz, sous son nom de plume, Michel Bosquet. Loin de préparer la réconciliation des Français avec le programme électronucléaire, elle fournit de nouvelles armes à ceux qui le critiquent et demandent une révision complète de la politique énergétique, dans le sens de la diversification, de la lutte contre les gaspillages et du développement des autres sources nationales d’énergie. » Au contraire, André Giraud, ministre de l’Industrie du gouvernement Raymond Barre III, assurait même que « les centrales nucléaires ont pleinement assuré leurs fonctions ».

A l’époque, la contestation contre le nucléaire est forte, et les mouvements qui s’opposent à la construction de nouvelles centrales fleurissent un peu partout sur le territoire. Pourtant, les antinucléaires n’auront pas gain de cause, et la panne, vue comme un incident de parcours, ne signera pas la fin du nucléaire. Loin de là.

Dans la même thématique

« La France est en panne » : retour sur le black-out de 1978
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

« La France est en panne » : retour sur le black-out de 1978
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le