Lactalis : échanges tendus entre les sénateurs et les associations de consommateurs

Lactalis : échanges tendus entre les sénateurs et les associations de consommateurs

Au terme des auditions sur le scandale Lactalis, le Sénat recevait, ce mercredi, les représentants des associations de défense des consommateurs. Leur objectivité a été mise en doute part un parlementaire. Une sénatrice a également rappelé l’importance de l’allaitement pour les enfants fragiles.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« Beaucoup de ces familles sont traumatisées. Traumatisées d’apprendre qu’elles auraient pu donner du lait contaminé à leurs enfants de leurs propres mains (…) Savez-vous ce qui leur a été dit la plupart du temps ? Vous avez des problèmes d’hygiène chez vous qui ont conduit à cela (…) on a culpabilisé les familles (…) Les familles sont traumatisées au point de vérifier chaque jour les selles de leurs enfants » explique en introduction Quentin Guillemain, président de l’Association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles.

Après avoir reçu des représentants des grandes surfaces, le directeur général de l’alimentation, ou encore le directeur de la communication du groupe Lactalis (voir nos articles, ici et ici), les commissions des affaires économiques et sociales du Sénat ont clôturé cette série d’auditions par les représentants des associations de consommateurs dans une ambiance parfois tendue. Lorsque Quentin Guillemain demande la démission du PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier. « Cette audition n’est pas un tribunal » lui rappelle fermement la présidente LR de la commission des affaires économiques, Sophie Primas.

Un sénateur doute de l’impartialité des associations de consommateurs

Le ton est monté d’un cran supplémentaire lorsque le sénateur LR, Laurent Duplomb, s’est interrogé à voix haute sur « l’impartialité » des associations de consommateurs. « J’aimerais bien qu’on puisse savoir si derrière, il n’y a pas une certaine forme de lobbying, si derrière, il n’y a pas un peu de politique » ? « Ma fille a consommé ce lait. J’ai déposé plainte. Il y a une enquête en cours. Je pense que je suis tout à fait légitime à parler ainsi » lui a répondu  Quentin Guillemain. « UFC que choisir est effectivement sous influence. Mais la seule influence ce sont les consommateurs » ajoute Cédric Musso, directeur de l’action public d’UFC que choisir.

sénateur Laurent Duplomb doute de l’impartialité des associations de consommateurs
00:36

« Revenir aux fondamentaux » : le lait maternel

À plusieurs reprises, la sénatrice LR, Florence Lassarade, pédiatre de formation, a lourdement insisté sur ce qu’elle nomme « la prévention élémentaire, le lait maternel ». « Personne n’en a parlé, il faut revenir quand même aux fondamentaux. Un enfant qui serait contaminé par une salmonelle et qui serait allaité, ne serait-ce que partiellement, aurait la thérapeutique rien que dans le lait maternel ». Et quand à la fin de l’audition, Quentin Guillemain insiste sur le fait qu’une « salmonellose sur des enfants très fragiles, ça peut conduire à des choses extrêmement graves ». Florence Lassarade réplique du tac au tac : « d’où l’importance du lait maternel, encore une fois » créant ainsi un brouhaha dans la salle.  

Lactalis: une sénatrice préconise la solution de l'allaitement
00:31

L’effectivité des autocontrôles mis en doute

Pointés du doigt récemment, les 16 000 autocontrôles effectués au sein de l’usine de Craon, n’avaient pas décelé de présence de salmonelles.  « Ça veut dire qu’il y a, qu’on le veuille ou non, des pressions internes qui font que le laboratoire qui dépend financièrement de son donneur d’ordres, n’a pas tout à fait la liberté des résultats des tests (…) cela met en doute, potentiellement, la totalité des autocontrôles  effectués par des laboratoires sur ordre de Lactalis » pointe Jean-Yves Mano, président de l'association de consommateurs CLCV.

Lactalis: Jean-Yves Mano, président de l'association de consommateurs pointe du doigt les autocontroles
00:59

Comme lors des précédentes auditions, le manque de moyens de la DGCCRF a été déploré, « entre 2007 et 2012 les effectifs ont baissé de 1000 agents ce qui n’est pas rien » a rappelé Cédric Musso, directeur de l’action public d’UFC que choisir. Il préconise, par ailleurs, « l’obligation » de transmettre aux services de l’État, « les autocontrôles positifs révélant la présence de pathogènes que ce soit dans l’environnement ou dans les produits ». Le sénateur socialiste, Martial Bourquin abonde : « On a l’obligation d’avoir de vrais effectifs, d’avoir de vrais moyens (pour la DGCCRF) car demain, on peut avoir une bactérie beaucoup plus grave, peut-être mortelle ».

Dans la même thématique

Lactalis : échanges tendus entre les sénateurs et les associations de consommateurs
4min

Société

Abnousse Shalmani reproche à la gauche d’avoir « abandonné l’amour de la patrie et le patriotisme »

Au lendemain des élections législatives ballottées entre les extrêmes, Abnousse Shalmani déplore que la gauche abandonne le patriotisme à l’extrême droite. Née iranienne et naturalisée française vers trente ans, l’écrivain et journaliste clame son amour pour le pays des droits de l’homme. Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit Abnousse Shalmani dans « Un monde un regard ».

Le

Paris : Vote au Senat pour le projet de loi immigration
3min

Société

Des menaces de mort à l’égard de plusieurs personnalités de gauche publiées sur un site d’extrême droite

Lundi dernier, quelques jours après la publication sur un site d’extrême droite d’une liste d’avocats à « éliminer », ce même site, hébergé en Russie, a appelé à tuer plusieurs personnalités de gauche et un avocat. Pour Ian Brossat, sénateur communiste de Paris visé par ces menaces de mort, « tout cela montre le vrai visage de l’extrême droite ».

Le

Palais de Justice de Nice
5min

Société

Liste d’avocats « à éliminer » : « C’est symptomatique d’une libération de la parole d’extrême droite », dénonce le Syndicat des avocats de France

Le 3 juillet, un site d’extrême-droite a publié une liste de noms d’avocats qui avaient signé une tribune contre le RN, intitulée « Liste (très partielle) d’avocats à éliminer ». Elle a provoqué l’indignation unanime de la profession et du ministre de la Justice. Cette liste, publiée entre deux tours de législatives très tendues, revêt un caractère encore plus symbolique, alors que se pose la question de la potentielle arrivée au pouvoir du Rassemblement national à l’issue du scrutin de dimanche.

Le